7 février, dix ans après

Jacaranda

Il y a dix ans, le 7 février 2009, la marche sur Ambotsirohatra se terminait par un bain de sang et elle préfigurait la fin du régime du président Marc Ravalomanana. Les révélations faites par le colonel Charles sur ces événements ont semé le trouble  dans l’opinion qui , aujourd’hui encore,, ne croit pas à la vérité officielle, telle qu’elle a été rapportée par les autorités de la transition. Dix ans après, une voile pudique est jetée sur cette tuerie qui a fait des dizaines de victimes. Comme le « diabe d’Iavoloha » le 10 août 1991, la marche sur Ambotsorohitra du 7 février 2009 appartient à l’histoire et  dix ans après, le souvenir de ceux qui sont tombés ou qui ont été mutilés s’est estompé.

7 février, dix  ans après

L’association des victimes du 7 février ou AV7 semble être devenue muette depuis que  l’Etat semble avoir occulté cette date dans son agenda. Dans un premier temps, les commémorations se sont faites de manière solennelle, et le régime de la transition a indemnisé les membres de l’association. Puis,  le pouvoir s’est très vite désintéressé de leur sort. Ils ont très vite été oubliés et laissés à leur sort.  Les présumés acteurs de cette tuerie du 7 février  ont été condamnés, mais la justice n’est pas allée jusqu’au bout de son action. L’ancien président Marc Ravalomanana qui a toujours nié sa responsabilité dans cet événement. Il peut bien le faire à juste titre car aucune enquête sérieuse n’a été faite. Les révélations du colonel Charles ont été balayées d’un revers de la main par les autorités qui l’ont accusé de mythomane et qui l’ont incarcéré. Ce dernier a pu sortir de Tsiafahy vivant, mais très affaibli. Aujourd’hui, il persiste et signe. Depuis le  7 février 2009, dix ans se sont  écoulés. Le coup d’Etat de mars est un événement parmi d’autres. .Madagascar a connu la période troublée de la transition. Elle a retrouvé l’ordre constitutionnel en 2014 après l’élection de Hery Rajaonarimampianina. La stabilité politique est confortée après l’accession à la magistrature suprême d’Andry Rajoelina.  Dix ans se sont écoulés depuis ce 7 février 2009, mais son souvenir s’est estompé dans la mémoire collective.

Patrice RABE

Telma Fibre Vibe

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. N’y a-t-il vraiment pas au moins un bon journaliste d’investigation dans ce pays ?
    A l’étranger, un bon bouquin serait déjà sorti depuis belle lurette donnant les faits réels sur cet évènement : les balles tirées dans le dos, les impacts de balles sur le mur en face du ” Le Buffet “, les angles de pénétration des balles dans les corps, le rôle des vazaha armés et présents parmi la foule se dirigeant vers le palais, … etc …
    A Madagascar, on se contente de sortir un article comme ci-dessus.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.