Le chemin difficile de la démocratie en Afrique

Après Madagascar, la République Démocratique du Congo et le Sénégal, c’est au tour de la République des Comores de passer par la case « élection présidentielle » Alors que les trois premiers pays cités ont réussi à passer ce cap sans incident majeur, le résultat du scrutin qui s’est tenu dans l’archipel le week-end dernier est objet de contestation. La situation en Algérie semble moins tendue après la prise de position du chef d’état-major de l’armée algérienne, mais la crise n’est pas pour autant résolue. Le chemin vers une véritable démocratie en Afrique est toujours aussi tortueux.

Le chemin difficile de la démocratie en Afrique

Proximité oblige, c’est d’abord le cas de la République des Comores que nous allons évoquer. Le président sortant, Azali Assoumani, a été déclaré vainqueur de l’élection présidentielle dès le premier tour par la CENI et a balayé d’un revers de main toutes les contestations de l’opposition. Comme il est de coutume, ses adversaires ont relevé de multiples infractions dans le déroulement du scrutin. Les manifestations qui ont suivi ont été dispersées sans ménagement par les forces de l’ordre. Les observateurs de l’Union africaine affirment que « la situation empêche de se prononcer de façon objective sur la transparence et la crédibilité du scrutin ». Ce à quoi le camp présidentiel par la bouche d’un des piliers du régime répond : « je n’ai jamais vu d’élection aussi transparente dans notre pays. Nous sommes un pays souverain ». On peut donc s’attendre à une crise post électorale. L’Algérie, quant à elle, n’a pas basculé dans le désordre. La volonté populaire a eu raison de l’obstination du clan soutenant le président Abdelaziz Bouteflika. Le puissant chef d’état-major de l’armée algérienne a demandé au vieux chef d’Etat de se retirer. Tous ses soutiens se dérobent petit à petit. On ne sait pas encore quel scénario politique va se dessiner, mais la rue ne désarme pas car les manifestations vont continuer. L’Afrique, bon gré malgré, avance sur le chemin de la démocratie. L’histoire n’est pas en train de balbutier, elle évolue dans le bon sens.
Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Le problème est que personne ne comprend exactement ce qu’est la démocratie.
    C’est un système importé de l’Occident.
    Je ne pense pas et je ne crois pas qu’il puisse être appliqué à la lettre. Son application devra partir de la culture de chaque Nation.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.