Le  rôle ingrat du Premier ministre

Jacaranda

Plus de deux mois après son installation, le nouveau régime ne peut pas encore dresser un véritable bilan de son action. Il a fixé un cap, mais il doit s’adapter à toutes les situations qui se présentent. Le président de la République  a fait beaucoup de promesses et il en est comptable auprès  de la population en général, et de ceux qui ont voté pour lui en particulier. Bien qu’elles n’entament pas  encore le crédit dont le chef de l’Etat jouit, des critiques commencent à se faire entendre. A lui et au gouvernement de réagir pour effacer le sentiment d’insatisfaction qui gagne une partie de la population.

Le  rôle ingrat du Premier ministre

Le président fixe les objectifs et  c’est le premier ministre et son gouvernement qui agissent pour les atteindre.  Les ministres sont en première ligne et ils doivent  résoudre les problèmes. Les difficultés surgissent au fur et à  mesure et il faut trouver des solutions. Le chef  de gouvernement s’y attaque résolument et on le voit souvent sur le terrain.  Il prend ses responsabilités et  les décisions sont annoncées dans la foulée. Ces dernières ne  sont  pas toujours du goût de tout le monde, mais il faut qu’elles soient suivies d’effet. La force d’inertie, le laisser- aller et les mauvaises habitudes sont un frein à la volonté de faire de véritables changements.  Néanmoins, c’est le lot des dirigeants de surmonter les obstacles qu’ils rencontrent.  C’est un travail de Titan que lui et son équipe doivent abattre. Les moyens dont ils disposent ne seront jamais suffisants pour remettre sur pied toutes les infrastructures délabrées. Mais  pour le moment, il  gère  le quotidien et il  doit  faire en sorte que les besoins élémentaires de la population soient satisfaits.  Il y a la  nécessité de faire baisser l’insécurité, il faut faire en sorte que l’approvisionnement en eau soit assuré et il est impératif de redonner aux citoyens une justice en laquelle il peut avoir confiance. Le Premier ministre a ce rôle ingrat de gérer. Si la situation se dégrade, il servira de fusible et sera remplacé.

Patrice RABE

Share This Post

6 Comments - Write a Comment

  1. Il faut donner du temps au temps, on ne peut réaliser en trois mois ce qu’on n’a pas pu faire depuis plusieurs dizaines d’année.

  2. Le Premier ministre a toujours fait son mieux. Le Président a beaucoup promis.Reste à savoir si ces promesses sont vraiment faisables. N’attendons pas aux miracles. Le succès ne se fait pas en une journée.

  3. Pour l’instant on ne peut pas établir un bilan pour analyser les travail du PM car tous les projets du gouvernements sont dans le long terme! il faut à peu près 6 mois pour donner un avis à son sujet! Nous en tant qu’observateur, nous avons constaté que le PM semble a son assiette et il pourrais accompagner le présidant vers l’avenir!

  4. Qu’est-ce qu’on peut attendre de ce PM alors même que sa région natale est totalement ABANDONNEE pour ne pas dire OUBLIEE !!! Les infrastructures routières sont totalement IMPRATICABLES ! AMBILOBE -DIEGO / AMBILOBE -VOHEMAR/ AMABILOBE-AMBANJA. Le N°13 leur a tourné le dos , une fois qu’il est élu ! ANDRASO EO I PAOLY  » VELIRANO » ! kkk Peuple de DIANA -SAVA réfléchissez mille fois avant de voter pour ces GENS qu »une fois qu’ils ont leur PART (suivez mon regard) ils oublient votre PART !! Et vous allez vous poser cette question sans réponse : où est MAPAR ??? kkkk

  5. Concernant les 27,40 logements mora qui devront être construits ( donc finis ) par jour, on n’en voit pas la couleur. A moins que les conteneurs des 4’Mi en fassent partie déjà ?
    Et mon hectare de terrain gratuit ? J’attends toujours la procédure pour l’acquérir. C’est urgent.

  6. déjà, les plaques rouges n’ont pas fait long feu.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.