La même émotion pour la Cathédrale de Paris que pour le Rova

Les images sont passées en boucle depuis avant-hier soir. Comme le monde d’aujourd’hui est celui de l’information, les citoyens des cinq continents ont pu voir en direct le spectacle de la cathédrale Notre Dame de Paris ravagée par les flammes. La tristesse a été la même partout. A Madagascar, cet incendie a rappelé celui du Rova de Manjakamiadana, détruit à presque 80 % par un incendie criminel. Comme le palais de la reine, cette cathédrale appartient au patrimoine universel de l humanité et on peut ressentir la même émotion que celle éprouvée un certain 6 novembre 1995, jour funeste s’il en fut.

La même émotion pour la Cathédrale de Paris que pour le Rova

On est aujourd’hui à l’ère de la télévision planétaire. Les catastrophes et les guerres se vivent en direct. On a pu voir les images de l’incendie de la cathédrale Notre Dame de Paris en continu sur les chaînes d’information. L’émotion a été immense car elle représente pour les chrétiens en général et pour les catholiques en particulier le symbole de la foi. Ce monument construit, il y a 866 ans est l’un des plus visités par les touristes. Mais c’est un monument qui recèle des trésors d’œuvres d’art et au-delà de la destruction de la bâtisse elle-même, c’est la perte de tous les chefs d’œuvre dans la nef qui provoque l’effroi de tous. L’incendie a été maîtrisé et les sculptures et les tableaux ont pu être sauvés. Ils ont été transférés dans les sous sol du Louvre. La sidération une fois passée, les réactions se sont enchaînées. Le président Macron a dit que la cathédrale serait rebâtie. Une souscription nationale sera  ouverte. Des donateurs privés se sont déjà manifestés. La restauration du monument devrait prendre plusieurs dizaines d’années. C’est un formidable élan d’unité qui est attendu après ce drame. Les Malgaches ont vécu le même désarroi après l’incendie du Rova de Manjakamiadana. Sa reconstruction a beaucoup tardé. 24 ans après, les travaux de restauration sont en cours.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

4 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Reprise: la perte des chefs d’oeuvre qui étaient dans la nef… n’était qu’accessoire, monsieur le journaleux de Rabe.!

  2. !
    Du n’importe quoi de la part de ce journaleux de Rabe.! Au contraire, c’est la destruction de cet édifice par les flammes, symbole de la France et chef d’oeuvre gothique témoin de grands moments d’histoires… qui a suscité l’effroi non seulement des parisiens et de la France entière mais aussi du monde entier. Notre Dame de Paris était plus qu’une cathédrale..!
    comme vous dites, n’était qu’accessoires, monsieur le jounaleux…!!!

  3. nous vivons dans un pays du moramora et du marimaritra iraisana. Tout est moramora pour terminer au gaboraraka. Tout est moramora pour arriver au tsimatimanota. Tout est marimaritra pour devenir maritra.

  4. Pour le Rova, des souscriptions ont été lancées, et donc de l’argent a été récolté par… on pourrait les citer tous, des « personnalités » politiques, se disant célèbres, des organisations, des… Et où est passé ce pactole, et à combien le total amassé ? C’est bien dans les mœurs ici dans ce pays (!) l’hypocrisie, la « sainteté » souriante, pour amadouer et tout, et c’est pourquoi les vrais donateurs , comme ailleurs partout dans le monde, n’ont rien donné, et on a toujours sur le bras cette recontruction du Rova,
    en attendant le Palais Andafiavaratra, et surtout le VOL DE LA COURONNE DE LA REINE, qui est non seulement un crime pénal , mais surtout un DÉFI ET UN MEPRIS de l’histoire Malgache. Et les soi-disant ministres de culture successifs s’en foutent « royalement », c’est le cas de le dire.

Poster un commentaire