Le constat sans fard Du SEFAFI

« Farfelus, opportunistes, parvenus ou criminels couverts par leur immunité parlementaire et entrepreneurs véreux ». Les termes employés par la SEFAFI pour qualifier les candidats aux législatives sont d’une extrême sévérité. L’observatoire de la vie publique, qui d’habitude a des propos plus mesurés, a choisi de ne pas travestir une réalité  sautant aux yeux de tous les citoyens. Il retrouve ainsi ce rôle d’observateur critique des affaires nationales qui lui est dévolu et que certains craignaient de voir disparaître. Depuis  l’installation du nouveau régime.

Le constat sans fard Du SEFAFI

C’est un constat plutôt sévère que la SEFAFI fait de la situation politique  actuelle. La  volonté affichée par le nouveau régime d’assainir un milieu vicié par des pratiques malsaines est aujourd’hui  battue  en  brèche  par les membres de cette organisation de la société civile. Elle constate qu’il est difficile de changer la mentalité de politiciens habitués à magouiller. Les règles sont instituées pour avoir  une élection législative dans les normes, mais on s’aperçoit qu’elles sont allégrement bafouées. La CENI prêche dans le désert et ses mises en garde n’ont  aucun effet. « La HCC et la CENI ergotent sur le sens du mot « pré- campagne….Le champ est laissé aux magouilles et à la démagogie », souligne le communiqué du SEFAFI. Il dénonce aussi le financement de cette élection où « le laxisme est total ». Le champ libre est laissé aux candidats dont l’origine des fonds est inconnu. « Comment lutter alors contre la corruption ? », s’insurge-t-il. Il met le doigt aussi sur les retournements de veste qu’il qualifie de « nomadisme politique ». L’observatoire de la vie publique ou SEFAFI analyse avec lucidité la situation qui règne en ce moment. Elle fait un constat sans fard. Elle alerte les citoyens et elle interpelle le pouvoir actuel. Elle dit tout haut ce que tous les observateurs  répètent inlassablement.  A charge pour les dirigeants actuels de rectifier le tir.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Ce n’est en rien un secret de polichinelle le parlement « godillot » et les députés  » corrompus » . Le précédent régime en est l’illustration claire avec deux assemblées représentatives  » à vomir » . Par contre la SEFAFI doit aussi balayer devant sa porte avec cette Ketakandriana RAFITOSON qui n’est pas une référence en terme d’éthique et de professionnalisme .

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.