Elections  législatives : 810 appelés, 151 élus 

Jacaranda

A onze jours du scrutin du 27 mai, la campagne électorale est bien morne. La communication des candidats est limitée à leur circonscription  respective. Seuls certains ténors peuvent se permettre de faire de la publicité politique, les autres se contentant d’apposer des affiches. Jamais  l’élection législative n’aura engendré pareil ennui  chez la population malgache. Il y a 810 hommes et femmes voulant briguer les 151 sièges de députés, mais  la plupart ne font que de la figuration car ils ne disposent d’aucun moyen pour se faire connaître.

Elections  législatives : 810 appelés, 151 élus 

On aurait pu se réjouir de ce nombre élevé de candidats car il y a un éveil de la conscience de  citoyens désireux d’apporter leur pierre à l’édifice de la démocratie. L’élection présidentielle de 2018  a permis de tourner une page. Les mots « changement », « bonne gouvernance » ou « nouvel état d’esprit » ont été prononcés dès l’installation du nouveau régime. Cela devrait se refléter dans  toutes les institutions  de la quatrième République, l’ont pensé bon nombre de citoyens.  L’Assemblée nationale  devrait changer radicalement de composition avec l’arrivée de nouveaux membres. C’est fort de ces convictions que des citoyens se sont lancés dans cette course aux législatives. Certains d’entre eux ont des idées à faire valoir, mais ils ne sont affiliés à aucun parti. Ils se présentent sous l’étiquette « indépendant ». Comme nous l’avons déjà dit, une campagne électorale nécessite un minimum de moyens. La force de conviction ne résiste pas à la  démagogie d’adversaires disposant de ressources financières conséquentes.  Dans les grandes circonscriptions, où il y a un certain nombre de  candidats, les électeurs sont parfois déroutés par la tournure prise par la campagne électorale. Ils ne voient émerger que deux ou trois noms, alors qu’ils devraient avoir plus  de choix. Ils sont 810 à se présenter au suffrage des électeurs. Il  y a beaucoup d’appelés, certains mériteraient d’être plus connus, mais à l’arrivée, il n’y aura  que 151 élus .

Patrice  RABE

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. La majorité législative au siège de Tsimbazaza est un grand défit pour le pouvoir et le régime d’aujourd’hui. Pour la stabilité politique et l’efficacité de pouvoir cette perspective est le meilleur atout pour avoir une bonne base que nous soyons sur la bonne voie en terme de développement.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.