La lutte contre la pollution : une urgence absolue

Jacaranda

Les automobiles de la capitale, du moins dans certaines rues, ont dû s’immobiliser et rester sur place entre 9h et 10h, hier matin. Leurs conducteurs l’ont fait plus ou moins de bonne grâce à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de l’environnement instaurée par les Nations-unies. L’initiative, même si elle pouvait paraître incongrue pour  certains, a permis de sensibiliser la population de la capitale au problème de la pollution générée par les engins motorisés. Cet arrêt de la circulation durant une heure était spectaculaire et il permet de pointer du doigt la dégradation du cadre de vie des Tananariviens. En tout cas, à défaut de convaincre totalement ces derniers, elle a déjà permis d’éveiller leur curiosité.

La lutte contre la pollution : une urgence absolue

Des journées sans circulation ont déjà été instituées les années précédentes. L’initiative en revenait à des associations sportives, mais elles n’ont eu aucun véritable impact sur la population. La ville d’Antananarivo a continué à accueillir de plus en plus de véhicules motorisées, entraînant un seuil de pollution alarmant. L’alerte a été lancée par l’INSTN qui a dit que notre capitale était l’une des villes les plus polluées du monde. Les autorités n’ont pris cependant aucune mesure pour remédier à la situation. L’augmentation des maladies respiratoires a été l’une des conséquences de cette inertie Aujourd’hui, on peut en mesurer les conséquences. Cette année, Madagascar participe pleinement à la célébration mondiale de l’environnement. Nous le faisons en collaboration du système des Nations-unies à Antananarivo. L’initiative la plus spectaculaire est donc cet arrêt de la circulation sur les grandes artères de la capitale durant une heure. Elle a permis certainement d’éveiller la conscience de la population. Ceux qui ont accès à Internet ont pu se rendre compte des dangers de cette pollution, en consultant le site des Nations-unies. Il faut maintenant agir. La balle est dans le camp des autorités qui doivent sensibiliser dans la foulée et prendre les mesures adéquates car la santé des citoyens est en jeu.

Patrice RABE

Share This Post

5 Comments - Write a Comment

  1. la dégradation de l’environnement est un phénomène inévitable que ce soit à Madagascar ou ailleurs comme le pays riche en industrie. Malgré tous, c’est au tours à chacun de le préserver pour éviter que ce phénomène s’empire encore.

  2. tsara refa mis ny bon depart sahal am zan !! antenaina fa isy koa ny fikasana tsara ho any tanindrazana dia ny fiaraha mitady izay hampandroso ny firenena eo am vahoaka malagasy !

  3. Bravo pour l’initiative! Mais ce ne doit être qu’un début. Les autorités (locales et nationales), les usagers: tout le monde est concerné et doit participer

  4. MAIS…

  5. c’est déjà ça…….
    mai que de chemins à parcourir encore!…..

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.