Alefa Barea !

Jacaranda

La vie s’est pratiquement arrêtée hier soir. Tous les Malgaches étaient devant leur télé pour suivre le match en direct entre les Barea et les « Super Eagles ».

Alefa Barea !

« Outsider inattendu, novice, Petit Poucet… ». Que n’a-t-on pas entendu pour qualifier les Barea qui ont terrassé hier les « Super Eagles » du Nigéria. Reléguant ces derniers à la seconde place et mettant sur la liste d’attente des meilleurs troisièmes, le Syli national de Guinée. Naby Keita et ses co-équipiers sont restés « gina » face à l’exploit – car c’en est incontestablement un – des Barea qui ont également barré la route aux Hirondelles du Burundi. « Bory ny dia » pour l’équipe de Fiston Abdul Razak qui n’a pas fait le poids devant l’autre « Razak » de Madagascar, le défenseur de la Saint-Pierroise. Des supporters ont d’ailleurs brandi hier une banderole « La Réunion » dans les tribunes. Pour un coup d’essai, ce fut un coup de maître pour les Carolus et Lalaina, pour ne citer que ceux qui ont marqué hier contre le Nigéria, même si c’est l’équipe toute entière qu’il faut féliciter par son jeu collectif face aux individualités nigérianes qui évoluent dans de grands clubs européens. Entre autres et non des moindres, Iwobi et Obi qui n’ont pu aller… au but  contre le « Petit Poucet » de William… Gros et les autres expatriés. La belle aventure égyptienne continue pour les Barea qui font la fierté de tous les Malgaches. De la capitale aux 22  régions, en passant par Paris où la diaspora a installé deux fans zone pour suivre le match avec la même explosion de joie sur fond de concert de klaxons lorsque les Barea ont marqué par deux fois. Mais aussi et surtout au coup de sifflet final qui a propulsé l’équipe malgache à la tête du groupe B. « Un premier inattendu », pour reprendre certains commentateurs étrangers qui ont commencé à changer de langage après la performance des Barea dont les maillots s’arrachent dans les points de vente où ils sont disponibles. L’offre n’arrive pas à suivre la demande qui va certainement exploser après la qualification en huitièmes  de finale de la CAN 2019, pour laquelle les bookmakers ne donnaient pas cher de la peau des Barea. Nicolas Dupuis a réussi son premier pari en qualifiant son équipe pour les  huitièmes  de finale. « Alefa Barea ».

R. O

Blueline Air Fiber

Share This Post

15 Comments - Write a Comment

  1. Alefa BAREA! Miara mirona! c’est tout ce qui compte! le reste on s’en fiche!

  2. @ Rolland Edouard Firmin.
    Miombon-kevitra tanteraka aminao aho.
    Alefa Barea.

  3. · Edit

    Zah kosa aloha tsy mitovy fomba fijery aminao namana Ralotonirainy momba filazanao fa tsy mitovy laharana aminy mpilalao Égyptien sy Camerounais ny Barea,matoa izy tonga aminy zao dingana misy azy izao dia efa tsy azo atao tsinontsinona ary mino aho fa azontsika atao tsara mandresy ireo équipes nambaranao ireo ka ho hitantsika eo ny tohiny tantara fa samy nisorany reniny menaka,
    Alefa Barea

  4. @ BRANDON

    Vous avez raison BABAKOTO Bac-7 . Attention les sauces haineuses dans vos commentaires relèvent de la psychiatrie. De toute façon les Barea n’ont pas besoin du soutien d’un minable énergumène de ta race . Ils méritent mieux qu’un hystérique qui ne connaît que dalle au foot !

  5. @ Rakotonirainy :
    Salut Bac-7. Tu n’as rien compris comme d’habitude. Ne déforme pas mes propos car il n’y a rien de chauviniste là-dedans. Je vois que tu n’as pas saisi le sens de ce mot.
    Le niveau d’une équipe dépend du niveau des membres qui composent cette équipe.
    S’ils sont tous Bac-7, donc les résultats seront négatifs ( -7 par exemple ).
    S’ils sont exactement comme les Barea d’avant, nous connaissons déjà les résultats.
    La composition actuelle reflète ce qu’il faut qu’un entraineur fasse. Cette équipe actuelle peut donc égaliser les équipes actuelles d’Égypte et du Cameroun, n’en déplaise à Rakotonisinge. Autrement dit, la rationalité est la somme des rationalités. Si ta cervelle de crabe pluvial peut comprendre ce raisonnement. Et si l’entraineur a réussi à propulser les Barea à la huitième, c’est qu’il a réussi à se défaire de cette mentalité du moramora, du marimaritra iraisana et du hena-maso. Cela signifie que les malgaches n’arriveront pas encore à égaliser les actions de cet entraineur étranger, car les malgaches n’oseront pas prendre une telle décision drastique et radicale par peur de la réaction de ses compatriotes. Pour preuve : regardez la réaction épidermique de Mbamisaina et de Rakotonirainy.
    Pigé Rakotonirainy ? Maintenant, relève un peu le niveau de tes commentaires.

  6. quand on entend les commentaires RFi France 24.. pas étonnant si certains ont leur estomac qui brûle, là, après avoir raillé le petit « gasy »
    mais on comprend si l’autre ulcéreux qui discourt là a pour référence le père urfer

  7. Bravo Barea , bon courage pour la suite, que Dieu vous donne Sa Force à vous tous MALAGASY !

  8. @ BRANDON

    Le « BABAKOTO » bac-3 est de retour . Le chauvinisme relève de l’insolence . Vous avez déjà tapé dans un ballon? Le niveau des Baréas ne peut pas encore égaliser les grandes nations du foot comme l’Egypte ou le Cameroun.

  9. Je suis d’accord avec mbamisaina, même s’il y a vraiment toujours des améliorations à faire, l’essentiel c’est que l’on a quelque chose de bien positive avec ce phénomène barea/CAN 2019.C’est très positive car la visibilté de M/car augmente, et aussi cela donne du moral à la génération malagasy d’y croire, et d’avoir une autre mentalité: « never give up » , la culture du « il faut marquer » etc…tout cela aura sûrement des impacts positifs au futur de notre chère patrie qu’est Madagascar. Bref, même si Monsieur vazaha (il s’appelle Nicolas Dupuis ) n’est pas malagasy, je lui dédie mes remerciements car il a fait des choses pour en arriver là où nous sommes maintenant.

  10. Franchement, bravo à l’équipe malgache !

    Je ne suis pas Malgache, mais depuis le début de la compétition, je soutiens cette équipe.
    J’aime quand des «petites» équipes mettent un bâton dans les roues des «grandes» équipes !

    Encore BRAVO, et bonne continuation pour les 8e de finale.

  11. C’est bon an!
    ALEFA BAREA de Madagascar

  12. @ Mbamisaina :
    C’est un constat. Et seule la vérité blesse ! Et les malgaches n’ont pas l’habitude de raisonner avec la vérité et vous venez de le reconnaitre. Dès que l’on parle de vérité et de Fahamarinana, tout le monde essaie de s’esquiver.
    Vous dites que toute vérité n’est donc pas bonne à dire car elle blesse. Mais il faut dire la vérité sinon on tombera toujours dans le « matin-kena-maso « . Le hena-maso ne nous mènera nulle part. Je vous invite à lire un livre du Père jésuite Sylvain Urfer sur ce sujet. C’est très intéressant.
    Avec la vérité, vous allez vers le positif. Obligatoirement.

  13. Ne parlez pas ainsi Monsieur BRANDON.. svp, en commençant par vous et par moi-même, si on veut vraiment avancer, ce genre de langage doit être bani à jamais, même si vous avez en grande partie raison ( disons) : c’est à dire : PASSER SON TEMPS A SE DIRE QU’IL A RAISON et A REPROCHER L’AUTRE
    Que chacun puisse tout simplement réfléchir intelligemment de ces expériences, en se faisant confiance et non en se donnant de leçon, car c’est le COLLECTIF, la SOLIDARITE, l’UNION ( voir les matchs) qui l’emportent au final
    Tout le monde a le droit de s’exprimer et de dire ce qu’il veut, mais personne ne doit blesser personne
    Pour moi, les choses sont simples, et avis à nous tous, mettez les hommes qu’il faut à la place qu’il faut, faites-leur confiance et soutenez les.
    MERCI d’y réfléchir

  14. Bravo aux Barea ! Il faut maintenant avoir en tête la Finale, sans tomber dans un optimisme béat !
    Mon constat se résume comme suit :
    1- Si Madagascar n’a jamais pu accéder à la CAN, c’est que la composition de l’équipe a toujours été très mauvaise Tout le monde voulait voir son petit protégé évoluer dans l’équipe nationale. Une sorte de quota inqualifiable. C’est d’ailleurs pourquoi des nostalgiques de cet ancien système ou des oignons d’Égypte ont réclamé la présence de Voavy Paulin sur le terrain. Heureusement que l’entraîneur n’a pas accepté.
    2- Un Malgache avait déjà réclamé avant le changement total des éléments composant les Barea. Compte tenu du point 1 ci-dessus, on lui dit non ! Maintenant; c’est un vazaha qui a procédé ainsi et on dit : oui, M’sié !

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.