Jirama : une épine dans le pied du régime

Jacaranda

C’est le premier gros coup de semonce que le régime doit affronter depuis son installation au début de l’année. Celui qui l’a précédé avait connu les mêmes difficultés à propos de la Jirama, mais  il s’était empêtré dans ses promesses non tenues et avait traîné le dossier comme un véritable boulet. Le nouveau pouvoir avait assuré qu’il s’attaquerait résolument au cas de cette société d’état mal en point, mais l’ampleur du problème fait que ,son cas  ne sera pas tout de suite résolu et  il met à mal la crédibilité des responsables dépassés par les événements.

Jirama : une épine dans le pied du régime

Les délestages et les coupures  d’eau qui se multiplient ces derniers temps  entraînent exaspération de la population.  C’est vers le régime qu’elle se tourne et commence à lui demander des comptes. La réaction du pouvoir a été immédiate et elle a limogé le DG de la Jirama. Mais  son départ ne résout rien  et le problème reste entier. Les propos du ministre de l’énergie tenus dans une conférence de presse hier, montrent  que lui et son équipe sont conscients de l’ampleur des défis à relever. Mais, sa promesse de mettre fin aux délestages dans tout Madagascar est hasardeux car il va être lié par ce qu’il a dit. Dans les jours voire dans les semaines à venir, il n’y aura pas de miracle car les difficultés seront  toujours là. La quantité d’eau nécessaire à la population ne sera pas encore suffisante et les centrales d’électricité ne fourniront pas encore toute l’énergie nécessaire .La souffrance de la population sera la même. Les mouvements d’humeur, pour ne pas dire les révoltes, ont  continué hier dans certains quartiers. Après le fusible représenté parle DG de la jirama, c’est maintenant vers le ministre que les yeux se tournent. Il est maintenant en première ligne et il risque de subir les foudres des usagers en colère.  Le régime risque de tanguer si des solutions ne sont pas vite trouvées. Ce n’est plus une épine, mais une écharde dans son pied.

Patrice RABE

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. Le Kim-juong-hun tropical a l’habitude d’auditer les comptes des entreprises dont il est sûr n’avoir rien pris durant la transition. Ce n’est pas le cas de la Jirama et tout le monde sait que cette société était la vache à lait de la hat. La situation actuelle est donc l’oeuvre de celui qui joue au justicier. Personne n’est dupe, ces directeurs qui sont congédiés ne sont que des lampistes, les vrais responsables sont à chercher dans les palais et les sujets d’investigations ne doivent pas manquer pour vous journalistes. Alors allez mener vos enquêtes, avec un peu de métier vous trouverez des salariés prêts à passer à table. Le public vous attend.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.