Antanarivo, une ville : difficile à conquérir

La ville d’Antananarivo est un bastion que le régime en place convoite. Elle ne se laisse pas facilement conquérir. De tout temps, ses électeurs ont toujours eu l’esprit frondeur, manifestant une certaine défiance envers le pouvoir central. Cela a été vrai avant-hier et hier et cela risque de se vérifier encore aujourd’hui. Les rapports tendus entre l’Etat et la CUA se traduisent par ce blocage budgétaire qui nuit au développement de la Capitale. Le climat politique actuel n’augure rien de bon et la guerre larvée entre l’actuelle maire et le pouvoir central mène à un véritable désastre pour la Ville des mille, dont l’image continu de se dégrader lentement mais sûrement.

Antanarivo, une ville : difficile à conquérir

Les régimes qui se sont succédé ont pu vérifier que les habitants de la Capitale ont toujours manifesté une certaine défiance à leur égard. Cela était vrai du temps de la Ière république, ce fut le cas durant la IIe république. Si on ne remonte pas aussi loin dans le temps, la conquête de la mairie par Marc Ravalomanana ou le triomphe d’Andry Rajoelina en 2008 montrent que les Tananariviens font preuve d’un véritable esprit d’indépendance. Aujourd’hui, le même scénario peut se dérouler. Les rapports entre l’Etat et la Commune urbaine d’Antananarivo ont été plutôt tendus et cela a nui à la gestion de la ville. Les reproches mutuels que se sont faits les deux parties ont exaspéré les Tananariviens. Des travaux de réhabilitation des rues ont été réalisés par l’Etat et des critiques à peine voilées ont été adressées aux responsables de la mairie. Le ramassage des ordures, un temps suspendu, a repris lorsque ceux qui en avaient la charge ont compris l’urgence de la situation. La guerre médiatique ne fait que commencer. La mairie d’Antananarivo ne se laissera pas conquérir facilement du fait du tempérament rebelle des Tananariviens. Pour le moment, on ne voit pas quel candidat peut remporter la victoire.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. choisissez le progrès et non le conservationniste ;

  2. Ce sera un test grandeur nature de la maturité civique et politique de l’électorat Tananarivien . A eux de faire un choix tranché entre l’anarchie , la gabegie et l’irresponsabilité de la gestion lamentable d’une maire actuelle « nulle » et « incompétente » ou le progrès , l’ordre , l’assainissement et l’embellissement avec une nouvelle équipe qui va imposer durant sa mandature la discipline , la transparence , l’ urbanisation de pointe et l’état de droit . Ce qui est pratiquement acquis la majorité silencieuse a une aversion affirmée de cette caste vaurienne en place actuellement .

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.