SEFAFI : une charge sévère contre les médias et les universitaires

Jacaranda

Comme à son habitude, le SEFAFI ne  mâche pas ses mots et même si ses critiques nous font mal, nous en prenons la juste mesure. Cette fois-ci, c’est vers les médias et les journalistes qu’il a porté un œil inquisiteur. Les termes de « culture des privilèges » en ce  qui concerne ces derniers sont très sévères, mais ils sonnent assez juste. Ce n’est donc pas seulement le mode de gouvernance de nos dirigeants qui, parfois, prête le flanc à la critique, mais aussi les autres composantes de la société. N’en prenons pas ombrage.

SEFAFI : une charge sévère contre les médias et les universitaires

La conjoncture actuelle ne prête pas à sourire. Habituellement, c’est le mode de gouvernance des dirigeants qui est scruté à la loupe par le SEFAFI. Mais cette fois-ci, l’association s’est singularisée en s’intéressant aux universitaires et aux médias. Les premiers nommés sont étrillés en parlant de leur culture du privilège. Ces derniers ont, selon le SEFAFI, déclenché une grève illimitée après avoir contesté les résolutions adoptées lors de la conférence des présidents et des recteurs de l’enseignement supérieur. S’ensuivent des révélations sur les «abus » de certains des enseignants- chercheurs. On arrive enfin à la recommandation ultime : ces derniers devraient, par leur comportement, être exemplaires dans l’effort commun pour l’amélioration des pratiques au sein du secteur public. Le deuxième volet du communiqué du SEFAFI traite de la culture du privilège au sein des médias. L’association n’est pas tendre envers notre profession. Elle part du traitement de l’affaire « survol de Mahamasina par un hélicoptère de l’armée » pour critiquer vertement les journalistes qui en ont parlé.  On sait qu’une plainte a été déposée par le ministère de la Défense et que ceux qui ont propagé la nouvelle ont été accusés de désinformation et condamnés. C’est une leçon de déontologie qui est ensuite administrée, puisqu’il est question de la nécessité de recouper les informations. Mais les remarques les plus sévères viennent à la fin avec le niveau professionnel très faible des journalistes malgaches. La charge est très sévère, mais nous en prenons acte. Il s’agit d’un point de vue que nous respectons.

 Patrice RABE

Share This Post

4 Comments - Write a Comment

  1. BRANDON

    Le journaliste R . EUGENE qui fait son métier ??? hi hi hi ; kkk !

  2. Quand on lit le torchon de RALOTONIRAINY, on voit bien que les illettrés et analphabètes de son espèce confondent toujours le sujet avec les journalistes qui font leur métier.
    Espèce de DJ, Dondrona Jomaka.

  3. Il faudrait effectivement reconnaître la condescendance limite mépris de ces soits disants ” sachants” universitaires qui prennent en otage l’avenir de nos enfants pour des intérêts bassement matériels …Quant aux journaleux de la place ce n’est un secret de polichinelle leur niveau de formation médiocre surtout leur militantisme politique à l’image d’un certain R. Eugène que les ZD comme BRANDON le jomaka du parvis de l’hôtel de ville vénére hi hi hi , kkk !

  4. Pour l’Université, c’est le système du ” Mandarinat “.
    Tout le monde universitaire sait que les mandarins sont les privilégiés.
    Les privilèges revêtent plusieurs formes : heures complémentaires, blocage des relèves, …etc…

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.