SOS  Environnement : les feux de  brousse reprennent

On sait que le changement climatique est une réalité que l’on ne peut plus ignorer. La chaleur étouffante qui règne en ce moment  en est une  des conséquences. Jamais peut-être un mois d’octobre n’a connu de températures aussi élevées dans la Grande île. Les Tananariviens qui n’y sont pas habitués sont les premiers à se plaindre, mais les  habitants des autres contrées ne sont pas mieux lotis et   subissent des effets plus importants car là-bas, le mercure grimpe à plus de 40 °. Avec  cette montée des températures, on en arrive à dire que la recrudescence des points de feu pour ne pas dire des feux de brousses peut paraître normale. Mais pour le pays, c’est une véritable catastrophe.  C’est un des problèmes majeurs  auxquels le régime est confronté.

SOS  Environnement : les feux de  brousse reprennent

Les post  de nombreux internautes montrant des départs de feux le long des routes nationales sont alarmants. Ils vérifient ce que le rapport du ministère de l’Environnement signale dans un rapport qui parle de 9.000   points de feux depuis le début du mois d’octobre. Les citoyens conscients du danger de ces incendies sont catastrophés par ces pratiques qui  sont déplorables. Les autorités ont déjà pris un certain nombre de mesures pour protéger les réserves naturelles, mais elles n’ont encore utilisé suffisamment de moyens pour empêcher les  tavy pratiqués par certains agriculteurs. L’éducation et l’information n’ont pas encore eu d’effets sur ces derniers. Ceux qui voient ces surfaces noircis sont abasourdis et ne comprennent pas ce comportement. Ils ne peuvent qu’alerter sur les réseaux sociaux.  Tout le monde est conscient de la gravité de la situation. La prise de mesures   coercitives sera-t-elle suffisante ?  . Les  résultats de toutes ces destructions sont visibles, mais cela n’empêche pas certains de continuer  à brûler.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Les jeunes d’aujourd’hui conscients du danger que subit notre Pays, donnent des leçons d’écologie à nous les adultes, ce sont les premiers fervents défenseurs de la planète, et de l’environnemnt, et c’est bénéfique à l’évolution des consciences.
    Tous le monde devrait participer dans la lutte contre le réchauffement climatique : dans les villes l’utilisation du charbon comme combustible favorise la destruction des arbres et de la destruction de l’environnemnt, le tout à l’égout : déchets plastiques, et déchets ménagers jetés partout bouchent les réseaux d’eaux et de rivières, le manque d’espace verts dans les quartiers des villes ne favorise pas l’évaporation d’eau source des précitations etc, etc ….en gros, il y a urgence dans le changemen de pratiques et des consciences.
    En campagne la pratique du brulis (le tavy comme dit ici), le mono-culture en particulier la riziculture ( durcit le sol et ne permet pas l’écoulement d’eau en profondeur), le manque d’espace vert sur les pentes (favorise l’érosion, les boues entrainées par les pluies vont toutes à la rivière, l’eau manque en contre-bas ) etc etc…..en gros, l’écologie punitive ne marche pas depuis des années, d’autes activités économiques devraient remplacer la culture sur tavy pour les gens des campagnes.
    En résumé, il faut favoriser l’écoulement naturel des cours d’eau (rivières, fleuves, ruisseaux, égouts) en ville et en campagne.

  2. Raha mbola ny fomba famokarana voly sy fiompiana tsy mivoatra tao anatin’ny taonjato maro izay dia tsy maintsy hitohy foana io dorotanety io. Ny fandrosoana eny ambanivohitra no tokony ho atao laharampahamehana fa tsy ny fiambenana ny tany midadasika sy fanasaziana, na koa fandaniana vola @ fanafarana vary avy any ivelany.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.