La démocratie qui : A droit de cité

C’est un samedi sans désordre et sans  affrontement  avec les forces de l’ordre que l’on a vécu dans la capitale. L’opposition a pu déposer ses requêtes  au palais de justice d’Anosy sans être inquiétée, Chacun a ainsi montré son sens de  la  responsabilité, respectant parfaitement les règles établies. Le pouvoir n’a pas dissuadé des manifestants pacifiques qui  sont restés sagement en retrait pendant que leurs leaders pénétraient dans le  palais.  On peut donc aujourd’hui constater que le débat  politique est dépassionné et que les rassemblements  ne sont pas systématiquement dispersés à coups de grenades lacrymogènes.

La démocratie qui : A droit de cité

La marche pacifique  organisée par  l’opposition de Mahamasina  au palais de justice d’Anosy  n’a pas été autorisée par le préfet. Cette interdiction a dans un premier temps suscité l’incompréhension des organisateurs de la manifestation car elle devait permettre le dépôt de requêtes au tribunal administratif. Le représentant de l’ Etat a donc    assoupli sa position et autorisé les leaders de l’opposition à se rendre à Anosy sans en être empêchés.  C’est sous haute surveillance que le dépôt a eu lieu. Les sympathisants étaient présents, mais ils ont respecté les consignes, en se tenant à distance. Ils ont montré ainsi leur sens de la  responsabilité. Il n’y a pas eu de débordement. Ils ont ensuite écouté leurs leaders qui ont fait un compte rendu de la situation. Ces derniers ont affirmé que c’était une étape qui venait d’être franchie et que l’on verrait la suite au mois de janvier. Puis tout le monde s’est dispersé dans le calme. La place a retrouvé son atmosphère normale. Les gens étaient occupés à faire leurs dernières courses pour  les fêtes de fin d’année. Personne n’a voulu perturber ce semblant de quiétude qui règne en ce moment. L’opposition s’estime dans son bon droit et elle agit en prenant  bien soin de respecter la légalité. Le pouvoir ne veut pas faire preuve d’un autoritarisme excessif.   On est peut être entré dans une nouvelle ère où  la démocratie a enfin droit de cité.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

4 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. « Je vous mets au défi de relever la moindre haine dans mes analyses »
    Effectivement, ce ne sera pas possible, car il n’y a même pas d’analyse, que des litanies de diabolisation sans fin, continuez comme ça si ça vous amuse

  2. @ mpijery

    Je vous mets au défi de relever la moindre haine dans mes analyses . Tout découle d’un constat flagrant et permanent de la mauvaise foi et de la fourberie de vous les pro-Ravalomanana à chaque échéance électorale . La maturité politique ne se décrète pas par des preuves bidons de fraudes BE VATA tout montées au tribunal administratif surtout lorsqu’on ne draine pas la foule . En retour il n’est pas du genre de la maison d’échanger des règles de bienséance à tout tartuffe surtout on n’a pas gardé ensemble les vaches laitières volées à La Norvège par Ravalomanana !

  3. @Rakotonirainy C’est vraiment si difficile d’admettre que chacun a fait preuve de maturité, ou il faut toujours cracher sa haine à tout bout de champs? sur ce, je vous souhaite une bonne année

  4. Ne chantons pas victoire de si tôt car ces gens là de vrais fanatiques pseudo-légalistes ne sont pas vraiment des modèles de démocrates . Il faut faire attention avec l’amalgame du droit de manifester pour des revendications sociales comme en France pour la retraite et les manifestations politiques de mauvais perdants électoraux du TIM faisant fi de la légalité républicaine .

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.