Une catastrophe qui : peut être conjurée 

Jacaranda

La dégradation de l’environnement est un des plus grands problèmes auxquels la Grande Île est confrontée depuis les années soixante-dix et elle ne fait qu’empirer depuis le début de ce XXIe siècle. Les Malgaches ne sortiront pas indemnes de cette catastrophe écologique qui se muera en désastre économique. Comme le souligne le rapport publié par le WWF, le coût de cette dégradation se traduira pour notre pays par une perte de 4,2% du PIB. C’est un véritable coup de massue pour Madagascar qui est une des nations les plus pauvres du monde et qui tente tant bien que mal de remonter la pente.

Une catastrophe qui : peut être conjurée 

La couverture forestière de Madagascar n’a cessé de diminuer durant la deuxième moitié du XXe siècle, elle est aujourd’hui réduite à la portion congrue. On peut le voir sur les images satellites où l’on remarque surtout la couleur ocre des terres qui ont perdu leurs forêts détruites par l’Homme par nécessité économique ou par ignorance. Aujourd’hui, la reforestation s’est imposée comme une évidence et c’est le leitmotiv des dirigeants actuels. Les conséquences de la dégradation de l’environnement se constatent un peu partout sur la Grande Île. On parle de l’érosion des sols et de la destruction des écosystèmes, mettant à mal l’ensemble du système qui régit la nature. L’article écrit en page société en parle très bien. L’étude faite par des chercheurs de l’université de Purdue et de l’université du Minnesota explique que les conséquences sur le plan économique sont quantifiables. Elles se traduiront par une baisse des productions agricoles et donc par une hausse des prix. Ces projections sont terrifiantes, mais elles doivent nous pousser à réagir. Les solutions existent. Il est nécessaire d’avoir une gestion durable des terres pour éviter la destruction des terres encore existantes. Il faut également « des actions orientées vers la conservation de toutes 1es ressources naturelles permettant aux forêts malgaches d’augmenter de 1,21% le PIB du pays d’ici à 2050. La catastrophe nous pend au nez, mais le pire n’est pas inéluctable.

Patrice RABE 

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. Economiste io Ministra tontoloiainana io. Ho hita eo ny fanaovany azy

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.