CENI : un malaise qui n’est pas totalement dissipé

Pour certains, c’est un véritable scandale, pour d’autres, une manipulation politique. Le vice-président de la CENI a dû apporter des explications à la déclaration faite par la commission vendredi dernier. Les observateurs ne s’expliquaient pas sur le sens de cette sortie. Les réactions ont fusé de toutes parts. Elles ont divergé selon le bord politique d’où elles venaient. Mais conscient de l’ambiguïté de l’intervention en question, Thierry Rakotonarivo a fourni des explications plutôt embrouillées mais susceptibles de clore une polémique risquant de mettre le monde politique en ébullition.

CENI : un malaise qui n’est pas totalement dissipé

Le camp présidentiel a été tout de suite offusqué par cette « révélation » de la CENI. Et effectivement, cela ressemblait à une véritable critique du processus électoral. Si on allait plus loin dans cette logique, les élections s’étant déroulées étaient entachées d’irrégularités. L’opposition a d’ailleurs tout de suite sauté sur l’occasion pour demander l’annulation de la présidentielle et des législatives. Mais le camp présidentiel a hurlé à la manipulation politique, et a renvoyé la CENI à ses insuffisances. Cette façon de mettre les pieds dans le plat peut effectivement se retourner contre elle puisqu’elle a toujours affirmé que tout allait bien et que les élections avaient été transparentes et crédibles. Les partisans du régime ont aussitôt rappelé qu’ils avaient demandé à ce que les règles soient appliquées de manière rigoureuse, et que le président actuel avait interpellé la commission pour qu’elle assure une parfaite régularité du processus électoral. Cette conférence de presse semble pour eux totalement anachronique, à moins qu’il y ait une volonté de troubler l’ordre établi. La réaction du ministre de l’Intérieur, disant l’impossibilité de ces doublons, n’a fait que renforcer le malaise créé par la CENI. Le Vice-président de la commission a donc décidé de le dissiper en apportant ses explications. Ont-elles définitivement convaincu ? En tout cas, le doute existe et persiste à présent.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.