Ne plus tergiverser car il y a péril en la demeure

(Vision) Le comportement d’une partie importante de la population tananarivienne a de quoi laisser perplexe tous les observateurs. Ces citoyens n’ont-ils pas compris le message qui est leur est adressé régulièrement, ou se disent-ils que le danger du coronavirus est très loin de leur réalité quotidienne ? Les scènes sont toujours les mêmes : les quartiers de la capitale sont bondés de ces gens qui vaquent à leur occupation quotidienne comme s’ils ne risquaient pas d’être contaminés. La ruée des personnes désireuses de rentrer chez elles en province a encore accru ce sentiment de malaise ressenti. Tel que c’est parti, les pouvoirs publics vont devoir réviser toute leur stratégie. On a l’impression qu’ils éprouvent beaucoup de difficultés à convaincre ces Tananariviens, peut-être rassurés par le ton lénifiant utilisé par les communicants. On se demande s’ils ne se rendront compte du danger que lorsqu’il y aura des décès et une propagation exponentielle du virus.

Ne plus tergiverser car il y a péril en la demeure

Les messages envoyés par les autorités sanitaires lors des émissions d’information quotidiennes sont pourtant clairs. Ce n’est pas faute de prévention pourtant que les Tananariviens bravent toutes les règles de sécurité qui sont indispensables. Une partie de la population, qu’on peut qualifier d’avertie, ne badine pas avec les règles de sécurité. Elle respecte le confinement et si elle doit sortir, elle le fait en suivant les directives énoncées. On sait cependant qu’il est difficile de convaincre des personnes qui n’ont pas entièrement confiance en leurs dirigeants, et qui n’intègrent pas dans leur subconscient la teneur des messages qui leur sont adressés. Pour le moment, ces dernières sont en train de penser que le danger est exagéré et que n’avoir que quatre vingt-sept cas avérés, dont sept guéris n’est pas grave. L’insouciance, ou plutôt l’inconscience prend le pas sur la perception du danger. Elles n’arrivent pas à comprendre qu’il est difficile d’empêcher la propagation rapide du virus si elles ne suivent pas les règles. Le chef de l’État est vraiment décidé à protéger les Malgaches, mais pour le moment, l’intendance ne suit pas. Le président de la République avait annoncé que ce serait les agents de santé qui se chargeraient de porter la bonne parole auprès de la population. Il est grand temps d’approcher cette dernière pour lui faire véritablement comprendre qu’il y a péril en la demeure.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.