L’IPM  complètement dédouané

Les doutes après la cacophonie provoquée par les résultats des tests effectués il y a une dizaine de jours  sont maintenant levés. Le ton inquisiteur de la porte-parole du gouvernement avait  laissé supposer qu’il y avait eu des défaillances quelque part et c’est tout juste si, elle n’avait pas  mis sur la sellette l’Institut Pasteur de Madagascar. La décision d’associer le  laboratoire d’analyse du centre Mérieux à la reprise des tests qui avaient créé cette polémique,  a suscité un certain malaise. Les résultats publiés avant hier ont certes apaisé les esprits, et dédouané entièrement l’IPM. On attend maintenant que soient dévoilées les défaillances du processus ayant amené ces erreurs.

L’IPM  complètement dédouané

Le communiqué publié par la ministre de la Culture et de la communication  que toutes  les salles de rédaction attendaient dans la journée de mercredi, n’est tombé que tard dans la nuit et  n’a apporté aucun éclaircissement sur les défaillances qui avaient été évoquées, la semaine précédente. Si l’on voulait  parler familièrement , on dirait qu’elle “a botté en touche ». La conférence de presse donnée par l’IPM hier a complètement dédouané ce prestigieux institut. Son personnel a utilisé des méthodes fiables lors de l’analyse des échantillons qu’on lui a fournis. C’est en amont qu’il y a eu des défaillances.  « Quand on engage la responsabilité d’un processus, tous les maillons doivent y prendre part », a souligné le professeur André Spiegel, le directeur de l’IPM. Dit ainsi, il n’est plus question de responsabilité partagée. Le communiqué de la ministre de la Culture et de la communication avait continué que les investigations allaient être poursuivies pour savoir exactement qui avait  failli. C’est donc maintenant en toute sérénité que va s’effectuer la suite de l’enquête. Les erreurs seront déterminées et elles devront être reconnues.  Cela ne devrait  cependant pas mettre à mal tout le système mis en place dans la      lutte contre le Covid- 19.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. @ Tahiry

    Votre protégée s’est ridiculisée une fois de plus . Sa langue de « vipère » n’est pas à la hauteur de la tâche d’une responsable ministérielle . Pour communiquer c’est ZERO ! Le professionnalisme du métier n’est pas son point fort donc vous pouvez la garder pour vous car il y a mieux à envier !. C’est un coup de massue sur sa tête de gondole à force de jouer les pseudo-scientifiques . Quand on est nulle on ferme sa grande gueule ! Ce camouflet à sa figure par les explications techniques convaincantes de l’IPM devrait la remettre en question et dans les pays démocratique : on démissionne !

  2. Moi ce qui me met mal à l’aise, c’est de lire des articles dépourvus de neutralité. Votre article laisse transparaître votre mépris et peut être même jalousie envers la ministre de la culture et de la communication.
    En tout cas, c’est une bonne nouvelle que le problème ne vienne pas de l’IPM mais plutôt des prélèvements, comme il a déjà été sous entendu auparavant, y compris par madame la ministre. C’est pour ça que tous les prélèvements ont été refaits et pas seulement les tests. Affaire à suivre…

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.