A une semaine du 26 juin, l’atmosphère n’est  pas à la fête

A une semaine de la célébration  du soixantième anniversaire de  l’indépendance du pays, l’atmosphère est, on ne peut plus pesante. Les Malgaches n’ont  pas le cœur  à marquer cet événement de manière éclatante. Au sortir de ces trois mois de confinement, ils sont conscients des épreuves qu’ils vont encore devoir affronter. Pour beaucoup d’entre eux, les lendemains vont déchanter car ils ne sont pas sûrs de garder leur emploi. La rencontre du secteur privé et du chef de l’Etat n’a pas  effacé les inquiétudes des chefs d’entreprises qui n’ont pa reçu de véritables assurances, et qui s’apprêtent à vivre des mois particulièrement difficiles. La crise est  là, et ses effets  vont se  ressentir  avec acuité dans les mois à venir.

A une semaine du 26 juin, l’atmosphère n’est  pas à la fête

De nombreux économistes disent que les effets de cette crise  vont aller en s’accentuant. La récession va être importante et le retour à la situation « ante » prendra presque un an. Les opérateurs économiques en sont conscients et ils ont avancé plusieurs  propositions au chef de l’Etat pour leur permettre de sortir la tête hors de l’eau. Cela allait de la suppression d’impôts et de taxe et non du report de leur paiement à  l’octroi de prêts à taux zéro. Ils ont été écoutés, mais ne sont pas sûrs d’avoir été compris. Le chef de l’Etat s’est surtout adressé aux grands investisseurs locaux et étrangers qu’il a encouragés à utiliser leur argent à Madagascar et non dans les pays étrangers. Les petites et moyennes entreprises malgaches sont les premières victimes de cette crise et c’est le tissu de l’économie malgache qui va subir les conséquences de cette crise.  Des dizaines, voire des centaines de milliers de Malgaches vont se retrouver sans emplois.  C’est donc peut- être à raison qu’ils n’ont pas la tête à célébrer avec faste ce soixantième anniversaire de l’indépendance. Le chef de l’Etat lui-même a proposé de reporter les festivités au 14  octobre, date de la proclamation  de  la République de Madagascar.

Patrice RABE 

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. On verra bien si notre président de la république pour la forme avec le contexte de la crise sanitaire actuel va débarquer sur l’avenue de l’indépendance avec le fameux cadillac rutilant blindé et la tenue à la RADAMA 1er sortant des normes établies .Les détails font les grands hommes d’état . La sobriété devrait être de rigueur surtout le social et l’économie ne sont pas au beau fixe .

  2. Bien connu, les riches ne parlent qu’aux riches, les « gros » ne parlent qu’aux « gros » ………..
    Alors, les moyens et les petis « démerdez-vous » !!!!!!!

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.