Nouvel  envol


C’est maintenant effectif. Le partenariat stratégique tant décrié entre  Air Madagascar et Air Austral est résilié. Une résiliation  qui finalement, ne surprend personne puisqu’elle a été attendue pour des raisons aussi logiques.

Nouvel  envol

Tout d’abord, elle exprime cette volonté – raisonnable ou non, c’est selon  – de l’actuel régime d’effacer au maximum  tout ce qui a un relent des précédents dirigeants. Ensuite, c’est parce que dès le départ, ce partenariat stratégique était considéré par certains observateurs comme voué à l’échec. Ne serait-ce que par le fait que c’était à une compagnie régionale réunionnaise péjorativement qualifiée de « compagnie créole » que les responsables avaient recours pour sauver une compagnie nationale. Dans tous les cas, une page vient d’être tournée dans l’histoire de l’aviation civile de Madagascar. Tout le monde espère maintenant qu’après plusieurs années de disette, Air Madagascar puisse maintenant retrouver le chemin de la croissance et regagner dans les années qui viennent son statut de porte-étendard de la Grande Ile. Les responsables actuels affichent une volonté certaine de relever le défi de la relance. Mais, il faut le dire, la tâche ne sera pas facile avec le lourd passif qu’hérite la compagnie, non seulement sur le plan financier, mais également du point de vue des ressources humaines. Qui plus est, un  désaccord  semblerait s’installer au niveau des hautes sphères politique, même sur le sujet sensible de la nomination du nouveau Directeur général  après le départ controversé de Besoa Razafimaharo.  Mais le plus grand problème auquel la compagnie aérienne malagasy doit faire face, c’est de pouvoir monter une riposte adéquate contre  les effets néfastes de la crise sanitaire. Même les plus grandes compagnies aériennes du monde n’ont pas pu échapper à une suppression massive d’emplois. Une feuille de route pour la relance d’Air Madagascar est actuellement attendue. On saura ce qu’elle va donner mais de toute façon, cette relance d’Air Madagascar sera un test grandeur nature de la capacité de l’actuel régime à gérer les dossiers sensibles.  La bonne gouvernance c’est aussi cela.  Quoi qu’il en soit, espérons que ce nouvel envol soit enfin le bon car il y va de l’intérêt de tout un pays.

R.Edmond

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Relance d’Air Madagascar ?
    -bien choisir ses futurs aéronefs: de belles occasions sur le marché existent,alors il faut de vrais négociateurs doublés de techniciens pas au solde des politiciens;à cause du covid19 le marché est plein d’opportunités;
    -avoir une stratégie commerciale pour bien remplir les sièges d’avion qui sont des produits non stockables,pas seulement remplir mais les vendre au juste prix pour lever des bénéfices…
    -d’après des sources sûres la direction industrielle d’Air Madagascar est bien apte à assurer l’entretien et la maintenance des avions des grands constructeurs tels que Boeing,Airbus et ATR. Il n’y aura pas de problèmes insolubles de ce côté;
    -dans le contexte actuel,il faut revenir pendant une période bien définie à l’exploitation de notre espace aérien par Air Madagascar et Air France seulement en définissant avec ces deux compagnies les conditions des prix des billets d’avion .Toutefois laissons libre le transport à la demande des avions de moindre capacité.
    Le rétablissement du transport aérien prendra encore quelques années surtout pour la destination Madagascar sur le plan tourisme. Atteindre les 500000 ne sera pas pour demain. Si nous acceptons la situation actuelle (ciel malgache toujours ouvert aux exploitantes actuelles) Air Madagascar ne survivra pas vu l’état du marché actuel:sa part de marché n’arrivera pas à couvrir ses charges quoi qu’elle fasse.
    Voilà quelques réflexions mais il y en a d’autres certainement plus pertinentes venant d’autres personnes plus aptes et plus près du milieu aérien certainement. Mon avis est d’un simple citoyen lambda.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.