Drapeau blanc


La reprise partielle des activités, autorisée depuis hier pour les entreprises privées, est un tout petit filet d’air dans les poumons de l’économie, pour ne pas être en totale… détresse respiratoire !

Drapeau blanc

Si le chef de l’Etat a assuré, la semaine dernière, que jamais Madagascar ne lèvera le drapeau blanc dans cette guerre contre le coronavirus, et que le pays gagnera cette lutte, les entreprises, elles, sont déjà au bord de la capitulation. Heureusement que certaines entreprises privées peuvent maintenant reprendre en partie leurs activités, sous certaines conditions, notamment la mise à disposition de moyens de transport pour leurs employés, et surtout, le respect de toutes les mesures barrières. Parmi les seuls à ne pas pouvoir encore reprendre du service : les transporteurs de voyageurs et les écoles. Dans ces deux secteurs, les opérateurs sont au bord du gouffre, leurs activités étant au point mort depuis plus de quatre mois. La reprise des activités pour les transporteurs, notamment, ceux opérant sur les lignes nationales, ne représentera de danger que lorsque les possibilités de contagion entre voyageurs et entre régions desservies seront au plus bas. Quant aux établissements scolaires privés, ils ne pourront non plus rouvrir leurs portes que lorsque le danger sera suffisamment écarté pour permettre une reprise des cours sans risque pour les élèves, les enseignants et le personnel administratif. Mais pour l’heure, nous sommes encore loin du fameux R-0, en dessous de 1, signifiant qu’en moyenne, pour une personne malade du Covid-19, le nombre de personnes qu’elle est susceptible de contaminer, est en dessous de 1. Autrement dit, la circulation du virus est stoppée et l’épidémie, maîtrisée. Chez les transporteurs comme dans les rangs des écoles privées, des voix commencent à s’élever. Les enseignants du privé, notamment, disent ne pas avoir perçu suffisamment d’aide venant de l’Etat, et se retrouvent sans ressources. Ici donc, le tableau est, plus que jamais… noir et bientôt, ce sera l’heure de lever le drapeau… blanc !

Hanitra R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.