Se tourner vers un avenir meilleur

Les nouveaux cas de coronavirus suivent la tendance à la baisse. Avec 23 cas en 24 heures dans la région d’Analamanga, hier. Les cas de guérison pour leur part sont de plus en plus élevés. Dès lors, la situation devient de plus en plus rassurante.

Se tourner vers un avenir meilleur

Notamment pour une population qui retrouve peu à peu son rythme normal d’activité. Une fois les transports publics rétablis, ce sera de nouveau l’effervescence des activités économiques. Et si certains politiciens semblent encore vouloir une persistance, voire une aggravation de la crise, les autorités et les bailleurs de fonds se tournent déjà vers l’avenir qui ne sera pas forcément morose. La loi de finances rectificative qui anticipe déjà vers une relance économique post-Covid est la preuve de cette volonté étatique de remettre Madagascar sur la voie de l’émergence. Les partenaires techniques et financiers affichent pour leur part une ferme détermination à, non seulement, faire face à la crise, mais aussi à voir déjà comment améliorer les conditions d’existence des Malgaches. C’est le cas notamment du Système des Nations Unies qui vient de démarrer avec le gouvernement malgache la conception d’un nouveau cadre de coopération qui couvrira la période 2021-2023. Une période qui sera probablement celle de l’après-Covid. En effet, « ce nouveau cadre de coopération revêt une importance particulière dans ce moment de crise sanitaire relative à la Covid-19 qui appelle à réaliser la ferme aspiration d’un non-retour à la normale « d’hier », mais d’un nouveau départ dans la progression vers la réalisation de l’Agenda 2030 ». L’UNICEF qui confirme ainsi sa volonté de se tourner vers l’avenir. L’UNICEF, qui fait d’ailleurs partie du Système des Nations Unies anticipe aussi pour de meilleures conditions sociales en débloquant 2 millions de dollars pour assurer la continuité des services en santé maternelle et infantile. Bref, les initiatives actuelles ne sont plus concentrées à 100% sur la crise sanitaire. Preuve que l’ennemi invisible, même s’il est encore là et continue de faire du mal, devient peu à peu une espèce en voie de disparition. Et c’est tant mieux pour une population qui aspire à un avenir meilleur.

R.Edmond

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.