Le pari sur l’avenir du secteur privé

Le retour à une vie normale est effectif malgré  la situation encore problématique de l’épidémie traduite par ce nombre de contamination  en  hausse. L’ Etat a décidé qu’il fallait aller de l’avant et tout le monde a accepté cette volonté de repartir sur de nouvelles bases. Le secteur économique, en tout cas, entend bien remonter la pente.    Les membres du secteur privé ne comptent  pas rester inertes et  élaborent leur propre plan de relance. La concertation qu’ils appelaient de leurs vœux avec les autorités n’a pas eu lieu jusqu’à présent . Ils ont commencé à aider leurs salariés mis au chômage technique ou licenciés car il s’agit d’un capital humain  dont ils ont besoin. La reprise de leurs activités est tributaire de la sauvegarde de la force de travail de ces derniers.

Le pari sur l’avenir du secteur privé

Les entreprises du secteur privé ont  beaucoup souffert durant  cette crise sanitaire. Elles ont dû pour la plupart, arrêter leurs activités et ont connu des problèmes de trésorerie.  Leurs employés ont été mis en chômage technique et ont été rémunérés en conséquence, mais cela n’a duré qu’un temps. Ils ont fini par être licenciés.  C’est un véritable drame humain qui s’en est suivi. Les associations patronales ont  demandé  l’aide de l’Etat et ils n’ont pas cessé de demander une véritable concertation. La réunion organisée par le président de la république n’a pas répondu à leurs attentes. Les propositions  de solutions qu’ils ont apportées n’ont pas été prises en compte. Aujourd’hui, on n’est pas encore sorti de la crise, mais, il est nécessaire d’aller de l’avant. Le secteur privé a donc décidé de venir en aide à ses  travailleurs en difficulté.  Les membres du GEM ont constitué un fonds permettant de subvenir aux besoins des hommes et des femmes employés dans leurs entreprises, et dont ils ont dû se séparer pour le moment.  C’est une véritable reprise en main de leur situation qu’ils  opèrent en ce moment. Il s’agit d’un pari sur l’avenir qui sera payant tôt ou tard.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.