La crainte d’une nouvelle crise en Côte d’Ivoire

L’attention du monde entier était focalisée hier durant toute la journée sur les résultats au compte-goutte de l’élection présidentielle américaine. Le suspense a duré tout au long de ce mercredi et malgré des tendances de plus en plus précises, l’inquiétude des supporters des deux camps était palpable. Mais cette focalisation sur ce grand show électoral a complètement éclipsé la victoire écrasante du président sortant Alassane Ouattara à l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire. Le score de 94,3% laisse songeur. Le scénario qui se dessine est le même que dans d’autres consultations sur le continent africain, l’opposition qui avait appelé au boycott du scrutin a annoncé qu’elle allait créer un conseil national de transition pour former un gouvernement de transition.

La crainte d’une nouvelle crise en Côte d’Ivoire

En briguant un troisième mandat, le président Alassane Ouattara a fait l’unanimité de la classe politique contre lui. Mais l’élection s’est quand même déroulée à peu près normalement. Les chiffres de l’abstention, annoncés par la CEI, ne choquent pas puisqu’ils sont de 53,90 %. Cependant, les autres candidats n’ont eu droit qu’à une portion congrue. Avec 5,7% des voix, ils se sentent spoliés. Les résultats provisoires doivent être transmis au conseil constitutionnel dans les trois jours à venir, à charge pour ce dernier de les valider ou non dans la semaine à venir. L’opposition entend ne pas cautionner le déroulement du scrutin qu’elle qualifie de mascarade. L’annonce de la création d’un conseil national de transition a tout de suite été qualifié de “complot contre l’autorité de l’Etat par le ministre de la justice qui a saisi le procureur de la république”. Les forces de l’ordre ont commencé à se déployer dans la capitale. Elles ont encerclé la résidence de l’ancien président Henri Konan Bédié désireux de rencontrer la presse. La population redoute des violences après les contestations de l’opposition. L’Union Européenne a pris note de l’annonce des résultats provisoires, mais s’inquiète des tensions qui sont nées. La crainte d’une nouvelle crise se fait jour et on a l’impression que l’histoire est un éternel recommencement.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.