Confiance des bailleurs

L’année 2020 qui prend fin d’ici un mois et demi sera sous le signe de la morosité économique. Même si la pandémie de Covid-19, qui est toujours là, semble être maîtrisée en raison des mesures prises par les autorités, elle laisse et continue de laisser ses séquelles sur le plan socioéconomique.

Confiance des bailleurs

Comme partout dans le monde, Madagascar accuse une récession économique en cette veille de fin d’année. Les chiffres avancés parlent d’une croissance négative de -3,8% en 2020. Mais il n’y a réellement pas de quoi s’alarmer, puisque dans cette crise mondiale, la Grande île s’en sort plutôt bien par rapport à d’autres pays. Pour ne citer que la voisine l’île Maurice, dont le ralentissement économique se chiffrerait à plus de 10%. Ou encore l’Afrique du Sud, dont l’économie chancelle aussi à -8%. Sans compter bien évidemment les pays européens partenaires comme la France, qui continue de subir les blocages et les restrictions pandémiques. Lesquels ne sont pas sans conséquences pour l’économie malgache, qui souffre par exemple de la fermeture des frontières. Une fermeture qui frappe durement les secteurs liés à l’exportation. Pour ne citer que le tourisme, ou encore les exportations traditionnelles comme la vanille et le litchi, deux produits qui risquent de ne pas connaître la faste habituelle des fêtes de fin d’année. Heureusement que l’espoir est encore permis, puisque les économistes misent sur un rebond économique dès l’année prochaine. Il est de coutume d’ailleurs qu’après avoir subi une pression, l’économie rebondit par ce que l’on appelle l’effet élastique. Du coup, l’on mise pour l’année prochaine sur une croissance positive d’au moins 4%. La prévision des recettes fiscales qui augmenteront pour atteindre 4 .165 milliards d’ariary dans la loi de finances initiale 2021 confirme d’ailleurs cette perspective de croissance. Une croissance qui sera soutenue par les partenaires techniques et financiers qui continuent de faire confiance au gouvernement en accordant des financements. Le dernier en date est ce double financement de la Banque africaine de développement, qui a accordé avant-hier un montant de 44 milliards de dollars pour deux projets concernant respectivement l’agriculture et l’industrie, deux secteurs vitaux sur lesquels se base le programme Émergence pour Madagascar. Bref, le meilleur est encore à venir pour l’économie malgache.

R.Edmond

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. [« …le meilleur est à venir pour l’économie malgache. »] …mais pas pour les malgaches qui endurent un appauvrissement persistant , sauf quelques uns . Suivez …ma corruption et autres détournements et abus !. Dèjà, les malgaches ne croient plus en rien , ils sont non pas résilients mais résignés . Alors ils mentent en respirant . Alors , pour la confiance….

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.