Alerte climatique : agir avant qu’il ne soit trop tard

Les prévisions sont alarmantes, mais n’ont rien d’étonnant. Les services météorologiques prévoient que le pays connaîtra une véritable catastrophe climatique en 2080 si nous continuons à avoir le même comportement vis-à-vis de l’environnement. Les affirmations sont encore plus précises puisqu’elles nous disent que plus des trois-quarts du territoire connaîtraient une sécheresse identique à celle de l’Androy actuellement. La ministre de l’Environnement est en train, avec raison, d’éveiller les consciences et d’appeler tout le monde à se mobiliser pour prévenir cette catastrophe, les paroles ne suffisent plus. On doit agir et avoir une politique bien pensée pour reconstituer un patrimoine forestier qui a fait notre renommée durant le vingtième siècle.

Alerte climatique : agir avant qu’il ne soit trop tard

On s’aperçoit maintenant avec désolation de l’effet de cette déforestation qui gangrène notre territoire. Madagascar, vu de la stratosphère, a la couleur ocre de la latérite. Les forêts qui lui donnaient une belle couleur verte ont presque toutes disparu. Les feux de brousse et les défrichements anarchiques défigurent des terres jadis verdoyantes. L’Etat n’a jusqu’à présent pas réussi à endiguer cette pratique. Les mesures prises n’ont finalement eu que très peu d’effets à cause de la mollesse des autorités locales et même parfois de leur complicité. Le ministère de l’Environnement a eu beau mettre en place des dispositifs de sauvegarde des aires protégées, les mauvaises pratiques ont continué. Le président Andry Rajoelina a pourtant fait de la lutte contre la déforestation une priorité. N’a-t-il pas, parmi ses velirano, un plan de mise en terre de plusieurs dizaines de millions de jeunes plants d’arbre ? Il a même parlé d’une stratégie innovante avec l’utilisation de drones. Il n’est plus question de tergiverser mais de passer à l’action. La saison des pluies est en train de commencer et il est temps d’organiser les séances de reboisement. L’Etat doit jouer son rôle d’incitateur. 2080, c’est dans 60 ans, c’est-à-dire après-demain. Il n’est pas trop tard pour agir, mais il faut le faire de manière résolue.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Atao adidy sy andraikitra ho an’ny tsirairay ny fambolenkazo manomboka izao .
    Ampianarina sy zarina mamboly zanakazo any antrano ny mpianatra dieny mbola kely ,ho fandraisany andraikitra sahady amin’ny fitsinjovany ny tontolo ho aviny .
    Azo volena amin’ny toerana hafa iny avy eo amin’ny fotoana maha mety azy .

  2. les alarmistes d’aujourd’hui ne seront plus là en 2080….ceci leur permet toutes les élucubrations de prédiction…

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.