Mettre fin à l’atmosphère délétère actuelle

Certains augures avaient dit que ce mois de janvier 2021 serait celui de tous les dangers. En fait, on ne peut pas se fier à des prémonitions pour préjuger de l’avenir d’un pays. Mais la tension qui règne actuellement sur le plan politique semble les confirmer. On peut affirmer que seul un véritable esprit de responsabilité des uns et des autres amènera un apaisement.

Mettre fin à l’atmosphère délétère actuelle

Depuis le début de ce mois de janvier, on assiste à une succession d’événements quotidiens qui sont les premiers facteurs de ce malaise qui gagne la population. La crise de la Covid-19 a laissé des traces et continue de peser sur la situation économique du pays. La sécheresse qui régnait ces derniers mois a influé sur la production de riz, et entraîné la hausse de son prix. Les défaillances de la jirama qui ont mis les nerfs des consommateurs à rude épreuve ont créé un sentiment de révolte. L’affaire des 73,5 kilos de lingots d’or interceptés en Afrique du Sud a donné l’impression d’un véritable flottement du régime et a troublé l’opinion. Dans ce contexte, l’opposition s’est réveillée et a commencé à s’enhardir. Ses commentaires acerbes sur la manière dont le pouvoir gère la situation ont mis de l’huile sur le feu. Les émissions radiophoniques quotidiennes sur plusieurs stations ont entretenu un certain état d’esprit de contestation. Des foyers de tension sont apparus. La décision de l’opposition d’organiser une « excursion » et d’y inviter la population a éveillé la suspicion du pouvoir qui craint des troubles à cette occasion. La réunion de l’OMC-Nat à Mahazoarivo est une sorte de mise en garde. Les messages sur les réseaux sociaux affirmant que l’ancien président Marc Ravalomanana et ses partisans veulent rééditer les événements du 7 février, se multiplient. Chacun, actuellement, campe sur sa position. Il est peut-être temps de faire baisser la tension car il ne sortira rien de bon de cette confrontation qui se profile à l’horizon.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.