Un procès en destitution pour tourner la page

Trois semaines après l’installation officielle de Joe Biden à la maison blanche, Donald Trump continue de troubler les esprits des Américains. Son procès en destitution qui a commencé mardi dernier est l’acte qui devrait permettre de l’écarter définitivement du monde politique. Mais l’on sait qu’il ne sera pas facile d’arriver à le condamner malgré les charges lourdes qui pèsent sur lui. Il reste le héraut d’une grande partie de l’électorat républicain et la majorité des élus républicains du sénat n’oseront pas joindre leurs voix à celles de leurs pairs démocrates, empêchant ainsi le nombre de votes nécessaires pour cette destitution. Il est loin pour le moment du passage du rêve à la réalité.

Un procès en destitution pour tourner la page

Ses incitations à l’assaut du Capitole, il y a presque un mois, ont horrifié la plupart des Américains, une partie de ses électeurs ayant condamné sans appel les exhortations qu’il avait faites. Les élus démocrates ont décidé à juste titre d’organiser un procès pour le juger malgré le fait qu’il ne soit plus président. Des membres républicains ont joint leur vote à celui de leurs pairs démocrates pour permettre la tenue de ce procès. La sénatrice Nancy Pelosi a été l’une des plus ferventes partisanes de ce passage en jugement de Donald Trump. C’est la deuxième fois qu’il est jugé par les sénateurs. «  Il est inadmissible de voir un président se comporter de la sorte. », est-il écrit dans l’acte d’accusation. Le réquisitoire des Démocrates est implacable et il est appuyé par les vidéos de cet assaut. Les avocats de l’ancien président soutiennent qu’il n’a jamais demandé à ses partisans d’envahir le Capitole. Les preuves, cependant, sont accablantes mais malgré cela on estime qu’il n’y aura pas dix-sept sénateurs républicains prêts à joindre leur voix à celles des démocrates pour obtenir une condamnation. Trump continue de faire peur car il garde un énorme capital de sympathie dans la base. Certains diront que c’est un procès pour rien, mais cela aura servi à déconsidérer encore plus l’ancien président et peut permettre l’émergence de nouvelles figures dans le parti pour tourner définitivement la page.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.