L’attitude de plus en plus rigide du pouvoir

Le pouvoir a décidé de durcir son attitude. La présence massive de forces de l’ordre en ville, ce week-end, a montré qu’il n’entend plus laisser le champ libre à une opposition qui a pris une certaine assurance depuis le début de l’année. Les appels de certains partisans du régime à une plus grande fermeté vis-à-vis de ses porte-paroles semblent avoir été entendus par le régime. L’atride des animateurs de la radio « Miara-manonja » qui ont déserté leur studio habituel et ont adressé leurs messages depuis la région d’Itasy est significative à plus d’un titre.

L’attitude de plus en plus rigide du pouvoir

L’absence durant la journée de samedi de l’émission de « Miara-manonja » et puis la prise de parole des animateurs en début de soirée était plutôt singulière. Les éditorialistes s’adressaient aux auditeurs depuis la région d’Itasy et le ton qu’ils adoptaient était plutôt grave. C’était des messages véhiculant toute leur volonté de ne rien lâcher et de continuer la ligne adoptée depuis le début. Mais on sent maintenant que le  pouvoir a décidé de reprendre la main et d’empêcher toute velléité de contestation. Les partisans du régime demandent à ce que la loi, disent-ils, soit appliquée. Ils affirment que les propos des animateurs de l’émission « Miara-manonja » tombent sous le coup de la loi. Ils demandent à ce que les autorités sévissent. MBS a été retiré du bouquet satellitaire de Canal+, Startimes et Parabole Madagascar  D’autres mesures vont certainement suivre pour empêcher le ton persifleur adopté par les animateurs de cette émission de radio ayant une audience de plus en plus large. Quelle attitude  ces derniers vont maintenant adopter ? On a eu un début de réponse samedi dernier lorsqu’ils ont fait leur émission spéciale en direct de la région d’Itasy. Ils étaient tous là, Andrianjato Vonison en premier. Ils semblent vouloir essayer de trouver tous les moyens pour continuer ce qu’ils ont commencé.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Rigide ou flexible importerait peu,
    Le temps n’est-il pas venu de se pencher pour de bon sur ce problème récurrent, cyclique et nocif au développement de la Nation ??
    Si les règles de la démocratie ne sont pas faites pour être respectées ; il y a lieu d’instaurer des règles de suspension et/ou de disqualification.
    A titre d’exemple : toute personne ayant exercée la fonction de président ne peut plus postuler une fois éjecté du poste ou l’ayant quitté ou abandonné .etc.
    Ceci entre autres. Et ceci par respect de la Nation et de ses électeurs.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.