L’heure de vérité pour le pouvoir et l’opposition

Ce sont des forces de l’ordre sur le qui-vive qui vont quadriller la ville pour empêcher les partisans de l’opposition de venir sur la place du 13 mai ce samedi matin. Le meeting organisé par les députés TIM de Tana n’est finalement pas une fin en soi pour ces derniers, mais un véritable défi au pouvoir en place. C’est la force du verbe qu’ils vont utiliser pour haranguer les personnes ayant réussi à forcer les barrages installés sur l’avenue de l’Indépendance. Les autorités ont dressé un véritable plan de bataille pour empêcher la tenue de ce meeting. Cependant, cela ne semble pas mettre un frein à la détermination de ces élus de la Capitale.

L’heure de vérité pour le pouvoir et l’opposition

 La proposition faite par les responsables des forces de l’ordre de déplacer ce rassemblement à Soamandrakizay a été tournée en dérision par les organisateurs. La détermination de ces derniers n’a absolument pas faibli, à entendre les interventions qui ont été faites hier sur les ondes. Le pouvoir est pourtant décidé à mettre fin à ce mouvement de contestation de l’opposition. Il veut le faire avec une certaine habileté. Il a alterné la menace et les arguments plus ou moins solides pour dissuader les dirigeants de l’opposition. Aujourd’hui, on est arrivé à l’heure de vérité. On ne sait pas jusqu’où ira la confrontation avec les députés s’ils tentent d’entrer sur la place du 13 mai avec leurs partisans. Les appels qu’ils ont lancés hier aux forces de l’ordre ont parfois été pathétiques, mais les hommes en treillis obéissent aux ordres de leurs supérieurs. Il est peu probable qu’ils se laissent émouvoir. Mais ils auront certainement à cœur d’éviter les bavures qui ne feront qu’envenimer la situation. Cette manifestation sera suivie par de nombreux journalistes malgaches et des correspondants de médias internationaux qui rendront compte du déroulement des événements. Pour l’opposition et le pouvoir, il s’agit d’un véritable test de crédibilité.

PatrIce RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Il n’y a pas de fausse échéance.
    Le laisser penser, induit en erreur, dans la mesure où la vérité légale et légitime est celle issue des résultats des élections
    C’est vouloir outrepasser le droit et à son respect qui cause confusion aujourd’hui par insanité et mauvaise foi.
    Un genre de viol qui ne peut faire la fierté d’un peuple et quel que soit les obédiences.
    L’expression : Force est à la LOI a tout son sens.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.