Recul de l’opposition, mais contexte identique

La journée du samedi s’est déroulée sans trouble. On ne peut que se féliciter du déroulement des événements car la sagesse a prévalu. En vérité, le pouvoir a mis la ville en état de siège et les partisans de l’opposition ont été obligés de reculer. La stratégie des forces de l’ordre a payé puisqu’elles se sont rendues totalement maîtres du terrain et sont sorties vainqueur d’un combat sans combattant à cause du sens de responsabilité des manifestants qui n’ont pas cherché à faire d’esclandre. Certains diront que c’est un camouflet pour l’opposition, d’autres avancent qu’elle a montré la crainte qu’elle inspire au pouvoir en le forçant à mobiliser une véritable armée.

Recul de l’opposition, mais contexte identique

Le plan de bataille mis au point par les responsables des forces de l’ordre a été remarquable. Ce sont plusieurs centaines voire un millier de gendarmes, de militaires et de policiers qui ont été déployés sur le terrain. La stratégie employée a parfaitement réussi puisqu’ils ont bloqué les partisans de l’opposition à Tana et en dehors de Tana. Mais leur travail a été facilité puisque les les militants de l’opposition n’ont pas cherché à provoquer d’incidents et ont préféré reculer devant ces militaires prêts à utiliser la force. La chasse aux personnes vêtues de rouge a été systématique. Les leaders de “Miara-manonja” se sont donc abstenus de venir pour éviter d’être arrêtés. Certains commentateurs ont affirmé que la victoire du régime était totale car l’opposition avait reculé. Néanmoins, des observateurs plus neutres ont fait remarquer que la crainte inspirée par cette opposition a poussé les autorités à faire cette démonstration de force. L’avantage tiré est indéniable, mais cela ne résout rien car l’opposition est toujours présente et elle va continuer son offensive. Ses critiques ont marqué les esprits et elles resteront présentes. L’opposition a été obligée de reculer, mais le contexte général, lui, n’a pas changé.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. « Etat de siège… » diriez-vous? Quel honneur pour nos forces de l’odre! Est-une peur bleue des gilets rouge?Nous aimons nous reférencer à la renimalalaka : ses gilets jaunes… « Les forces de l’ordre sont sorties vainqueur d’un combat sans combattants »…quel honneur!!!Uiliser des blindés et des malakimikozy ou similaires contre des dix doigts! BRAVO dix millions de fois BRAVO. Victoire obtenue »à cause du sens de responsabilité des manifestants »! Ry mpanao fihetseketsehana,ianareo vitsitsy entim-po ka nivatsy vato,ario ny vatonareo f’izay mampiasa vato dia ho torahim-bato! Ry mpitandro filaminana,tanam-polo no itondrana basy amana blindés, »ampidiro @ tranony sabatrao… » Mifampidiniha f’aza mizara seza »

  2. L’ex. président DONALD s’est dérogé des règles et des lois, mais la majorité des Yankees ne l’ a pas suivi dans ses dérives pour cause : Raison garder et Nation en priorité.
    Raison, Nation, moutons ( rebik’ondry) ; voix et voies restent contraires.

  3. Une opposition institutionnalisée est une solution qui peut conduire à une vie politique digne et stable. Qui ne veut pas avancer dans cette voie ?

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.