Attente de décisions mûrement réfléchies

C’est petit à petit que se vide le cercle de nos connaissances depuis le début de cette deuxième vague meurtrière. Chaque jour disparaissent des amis, des parents, des gens célèbres mais aussi de nombreux anonymes. La liste des disparus victimes de la Covid 19 s’allonge de jour en jour et on n’arrive plus à contenir son émotion, le soir lorsqu’on voit le nom de ceux qui ont succombé. Il ne s’agit pas de fatalité, mais de la logique implacable de cette deuxième vague. Maintenant, on attend des autorités qu’elles prennent les bonnes décisions pour endiguer cette progression exponentielle de la contamination d’une population en plein désarroi.

 Attente de décisions mûrement réfléchies

L’intervention du chef de l’État ce soir sur les chaînes de télévision et sur les ondes des différentes radios est attendue avec une crainte mêlée d’espoir par les Malgaches. Il va manifester sa compassion à ceux qui ont perdu des proches terrassés par le virus, mais ii va ensuite entrer dans le vif du sujet en brossant un tableau réaliste de la situation. Tout le monde attend qu’il annonce la prise de décisions permettant de mettre un frein à cette escalade meurtrière constatée dans les statistiques. Certains comparent la situation actuelle à une guerre qu’il faut livrer. Comme tel, il faut se donner les moyens d’une politique efficace.On sait que ceux mis à disposition des soignants sont insuffisants. C’est peut-être une autre voie qui va être empruntée. Le terme de confinement est revenu souvent ces derniers temps. Mais il est beaucoup décrié par des économistes redoutant une paralysie du pays et ses conséquences sociales. Ses partisans pensent que cela permettra de mettre un terme à cette progression effrayante de la contamination. Ils suggèrent le recours à la distribution d’aides sociales. Mais ils sont minoritaires. La décision à prendre est dévolue au chef de l’État. Elle sera certainement mûrement réfléchie.

Patrice RABE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

9 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. @ LAMBO

    Rehefa tsy mahazaka  » liberté d’expression  » ialahy dia hakapoy amin’ny rindrina ny loha . Hita mihitsy fa  » sauvage  » mifanaraka amin’ny anarana ka tsy hafabela eto ialahy fa hazalambo tsy misy farany . Tsy hain’ialahy akory ny dikan’ny hatao hoe  » prédateur  » .Ialahy mihitsy no tena zanak’alika kely ny fitondrana .Tonga eto mandrenbireby fa ny tetika dia hanasohaso ny CVO . Tena vongan- dinty ary ny dinty  » Lambo  » haleo halefa indroa mihitsy ny chasse ny WC  » manarepenitra  » fa maimbo . Ho hitan’ialahy eo isaky ny miverina eto ialahy fa hisy valin-kafatra foana hoan’ny amboa razana !

  2. Hevitra alika no azy! Azy ny azy !
    Ny lambo tsy miresaka sy mamaly ny resak’alika.
    Ny antony dia tsotra: PRÉDATEUR- ny Lambo ny alika.
    Izany no mahatonga azy manaraka sy manenjika ary tsy mahalala ny dikan’ny: Allez Mandeha !
    Ao ny chien de garde sy ny chien de chasse ; fa eo koa ny chien vaurien…
    Hoy ny prezida teo aloha efa ela : les chiens aboient ! La caravane passe !
    Hevitra no entina eto, fa tsy ompa sy teny ratsy na fizaozaona sy fanambanina.
    Io aza ny taolana!

  3. @ LAMBO

    Ialahy mihitsy no tena amboa razana rehefa lany resaka dia maka olon-kafa mampiasa ny pseudo ny mpanelaka io .Vava kiso misy sira ny an’alahy ary izay lazaina rehetra eto dia ZERO ! Manoaratra « alleZ  » mandeha aza tsy hain’ialahy ka asa tsy nihoatra ny fanabehazana fototra angamba ny fianarana natao .Ary hataovy teny gasy amin’izay fa mahamenatra miteniteny foana lava .Tena LAMBO avy any an’ala ka mila hatao hazaLAMBO tokoa .Lelafo tsara ny vodin’ny mpitondra ary sotroy tsy tapaka ny CVO -nareo ka tsy ialahy no hamendrofendro eto fa hisy ny ATTAQUES ny vaksiny rehefa miditra aty Gasikara . Rehefa eny amin’ny hôpitaly service réanimation tsy ampy oxygène ialahy vao tonga saina hoe tokony nanao vaksiny ihany .MAZAVA ?

  4. Aiza o ?
    Ny alika no lany andro manenjika sy mihazakazaka aoriana.
    Vaoporofo indray izy io.
    Alika mivoavoa sy mizaozao; ilay alika ihany no mahalala ‘zay lazaina.
    Efa atao hoe ; ALLER MANDEHA dia mbola eo ihany.
    COVID 19 ve no ny s’aggraver ???
    Sa double casquette- alika- apondra no misy.
    Izay mampiasa saina no mahita, hoy ny tonon-kira izay .

  5. @ LAMBO
    Il n’y a pas de situation sanitaire complexe parce qu’avec du bon sens on maîtrise l’épidémie par anticipation intelligente . Ce qui n’est pas le cas avec votre gourou et son CVO qui mérite plus les poubelles . Vos insuffisances sont flagrantes parce qu’on ne fait pas d’examen complémentaire ou d’auscultation avec un vaccin . Parler pour ne rien dire . Et surtout ne jouez pas les faux-culs car vous avez toujours massacré les vaccins tout en vénérant votre CVO . Déjà on n’inocule pas un vaccin mais on l’injecte sauf si vous considérez les humains comme des hamsters . Vous êtes vraiment le TOUTOU de ce régime en essayant de justifier leurs incompétences avec leur phase d’observation à la con du vaccin . Vous vous asseyez toujours sur les morts du covid en essayant de gagner du temps pour faire plaisir au gros bide de Pharmalagasy.

  6. Face à une situation sanitaire complexe, une concentration d’effort semble salutaire et tout commentaire SENSÉ mérite attention- et ce, au-delà des divers points de divergence.
    Une analyse sans complaisance et sans passion reste primordiale.
    Par exemple, l’accès aux vaccins est acquis et accepté. Le Mode d’Action d’un vaccin- quel qu’il soit- n’a jamais été contesté ni mise en cause ; c’est la disparité révélée par divers vaccins avec des effets discordants qui méritaient examen complémentaire et  » auscultation  » poussée.
    Jusqu’à l’arrivée du produit chez nous,se protéger au mieux semble être un impératif et avec les moyens du bord et avec perspicacité.
    Une fois le produit sur place, les attaques seront là et passeront à la vitesse d’une inoculation- ne serait-ce que pour le choix retenu. Actuellement, le discours du : Hâtons- nous Lentement  » est livré avec foi en braillement…
    Savoir jouer avec le temps, importe.
    Le temps est compté pour tout le monde. Faire l’économie du temps, c’est de ne pas souscrire à toutes entraves à l’économie, dont : confiner.

  7. @Titou

    Analyse abjecte jouant sur la fibre émotionnelle des gens . De l’hypocrisie pure et simple essayant de minimiser l’ampleur de cette épidémie . La comparaison n’a pas lieu d’être avec un minimum de discernement intellectuel . Le COVID 19 est responsable de 2 839 920 de personnes décédées dans le monde à ce jour . Les accidents de la route ou le cancer ne tuent pas autant . Puis il y a les mutants qu’un vaccin universel devienne impératif pour l’humanité . L’éducation avant la répression dans un état de droit .Surtout tout repose sur la RESPONSABILITE individuelle . Donc votre discours est teinté de démagogie pour ne pas faire piètre figure . Point final.

  8. @Titou

    Analyse abjecte jouant sur la fibre émotionnelle des gens . De l’hypocrisie pure et simple essayant de minimiser l’ampleur de cette épidémie . La comparaison n’a pas lieu d’être avec un minimum de discernement intellectuel . Le COVID 19 est responsable de 2 839 920 de personnes décédées dans le monde à ce jour . Les accidents de la route ou le cancer ne tuent pas autant . Plus il y a les mutants qu’un vaccin universel devienne impératif pour l’humanité . L’éducation avant la répression dans un état de droit .Surtout tout repose sur la RESPONSABILITE individuelle . Donc votre discours est teinté de démagogie pour ne pas faire piètre figure . Point final.

  9. Si l’on peut comprendre la crainte légitime qu’engendre cette diffusion épidémique, il faut cependant la replacer dans un contexte général, celui des malheureux nombreux décès qui interviennent chaque jour pour d’autres causes. Si un tel chiffrage quotidien en était fait, comme il l’est pour celui des personnes disparues de ce virus, l’impact de ce dernier en serait relativisé. Aujourd’hui, seul le vaccin, comme d’ailleurs dans beaucoup d’autres affections virales, est le moyen de son éradication. En revanche, mettre sous cloche une nouvelle fois le pays, c’est condamner définitivement beaucoup d’entreprises en sursis à la disparition définitive avec des conséquences économiques et sociales désastreuses. Bien que l’équation ne soit pas simple pour un décideur, il n’en demeure pas moins que la vie sociale doit être préservée pour le plus grand nombre afin de sauver économiquement ce qui peut encore l’être, quitte à être impitoyable avec ceux qui ne respectent les mesures sanitaires minimales de protection qu’ils doivent aux autres par confraternité.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.