Motion de censure : 95 signatures collectées contre le gouvernement

uneA la veille de la fin de la session ordinaire, la requête n’a pas encore été déposée auprès du Secrétariat général de l’Assemblée nationale.

Les députés préparent un nouveau coup bas contre le gouvernement Kolo Roger. D’après les informations qui circulent du côté de Tsimbazaza, un nouveau projet de motion de censure est en gestation. Avec cette fois-ci, une menace beaucoup plus sérieuse contre l’équipe gouvernementale. Pour le moment, aucune information concernant le ou les motif(s) de cette motion de censure n’a été dévoilée. Des sources bien informées ont laissé entendre que des députés issus des différentes forces politiques existant à l’Assemblée nationale soutiennent ce projet qui aurait été initié par des parlementaires issus entre autres, de la PMP, du VP MMM, des parlementaires indépendants et ceux du MAPAR. Hier, malgré les différents programmes qui ont figuré à l’ordre du jour, en l’occurrence, une séance plénière sur le blanchiment d’argent organisé avec les responsables du SAMIFIN et l’adoption de la loi organique relative au projet de règlement intérieur de l’Assemblée nationale, certains députés ont passé la journée à organiser des tractations sur le parking du Palais. Des tractations qui sont apparemment en bonne voie dans la mesure où d’après nos sources, il ne reste plus qu’à trouver 7 signatures. En effet, 95 signatures sur les 102 nécessaires pour concrétiser une motion de censure, ont déjà été collectées. Les 7 députés restants semblent difficiles à convaincre puisqu’aux dernières nouvelles, la requête n’a pas encore été déposée auprès du Secrétariat général de la Chambre basse. A noter qu’au départ, ce projet était prévu être déposé il y a deux jours.

Abstention politique. Quoiqu’il en soit, bon nombre d’observateurs estiment que cette motion de censure contre le gouvernement est vouée à l’échec. Et ce, dans la mesure où cette première session ordinaire du Parlement sera clôturée demain 4 juillet. Pourtant, les textes prévoient un délai de 48 heures avant le vote. Les parlementaires initiateurs de ce projet contre le gouvernement risquent donc d’être déçus. Ils envisagent de réclamer une session extraordinaire pour arriver à leur fin. Pourtant, nul n’ignore que l’ordre du jour d’une session extraordinaire est fixé par l’Exécutif. Les observateurs estiment que les députés ont décidé de lancer cette « manœuvre » en vue de forcer l’Exécutif à augmenter leurs salaires et avantages. Un « chantage » contre l’équipe du Premier ministre Kolo Roger en quelque sorte. En tout cas, à deux jours de la fin de la première session ordinaire, les députés commencent déjà à pratiquer l’abstention politique. C’est dans une salle de séance clairsemée que les programmes d’hier se sont déroulés. La rencontre dans la matinée avec la ministre de la Population, Johasy Eléonore a même été annulée puisque le quorum n’a pas été atteint. Ce jour, une séance de questions – réponses avec le gouvernement est prévue à Tsimbazaza.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication