Cas de Marc Ravalomanana : « Personne n’est au-dessus de la loi », dixit Arisoa Razafitrimo

Intervention de Arisoa Lala Razafitrimo à la réunion du GIS-M. (Photo Nary Ravonjy)
Intervention de Arisoa Lala Razafitrimo à la réunion du GIS-M. (Photo Nary Ravonjy)

Les aspects pendants de la Feuille de route ont été à l’ordre du jour de la première réunion du Groupe International de Soutien à Madagascar. Il s’agit notamment de l’indemnisation des victimes des évènements de 2002 et 2009 et du retour des exilés politiques.

Première réunion du Groupe International de Soutien à Madagascar (GIS-M), hier à l’Hôtel Ibis. Et qui a été co-présidée par la représentante spéciale et chef de liaison de l’Union africaine à Antananarivo, Hawa Ahmed Youssouf, et par la ministre des Affaires Etrangères, Arisoa Lala Razafitrimo. Cette dernière, lors de son allocution a fait savoir que le gouvernement a pour objectif le rétablissement de l’Etat de droit et la relance de l’économie. Elle a parlé également de l’indemnisation des victimes des évènements de 2002 et 2009, du processus de réconciliation nationale et du retour des exilés politiques. Sur ce dernier point d’ailleurs, la ministre des Affaires Etrangères a déclaré que tout le monde a le droit de rentrer dans son pays, mais tout en faisant la remarque que « personne n’est au-dessus de la loi ». Faisant sans doute allusion au président en exil, Marc Ravalomanana.

Mesures prises. De son côté, le chef de liaison de l’Union africaine a dit aussi de la relance économique, ainsi que de la restauration de l’ordre constitutionnel. Tout en signalant au passage la réconciliation nationale et le parachèvement des élections, notamment des communales et des élections législatives partielles. Faut-il rappeler que lors de sa réunion consultative en mars dernier, le GIC-M a été transformé en un Groupe International de Soutien à Madagascar (GIS-M), co-présidé par Madagascar et l’Union africaine. Notons que cette première réunion a pour objectif, le suivi des conclusions de la 9e réunion du GIC-M du 28 mars 2014 et les aspects pendants de la Feuille de route. Le suivi des mesures prises par le gouvernement concernant son plan de gouvernance, notamment sur le développement socio-économique et sur la lutte contre l’insécurité. Avec comme participants, entre autres, les ministères et institutions concernés, le système des Nations unies et l’Union européenne, les pays membres du conseil de sécurité des Nations unies et les institutions financières accréditées à Madagascar.

Dominique R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication