Kolo Roger : Respect de l’Etat de droit et souci d’apaisement dans l’affaire Ravalomanana

Le PM a fait sien l’adage « quand le bâtiment va, tout va ».
Le PM a fait sien l’adage « quand le bâtiment va, tout va ».

En l’absence du Chef de l’Etat « retenu au dernier moment pour d’autres obligations non moins importantes », c’est le Premier ministre qui a présidé hier la cérémonie d’ouverture de la 16e édition du Salon International de l’Habitat.

L’occasion pour Kolo Roger de rappeler l’engagement du Président de la République à ce que « chaque citoyen malagasy puisse bénéficier d’un logement décent ». Et d’appeler les acteurs de la filière construction qui est « pourvoyeuse d’emplois » à réfléchir dans ce sens « pour rendre possible ce noble objectif d’intérêt national ».

Défi. Le locataire de Mahazoarivo de faire sien l’adage « quand le bâtiment va, tout va ». Invitant les architectes, entreprises de construction, fournisseurs de matériaux, promoteurs immobiliers à partager son optimisme car « nous sommes à l’orée de chantiers majeurs dans le pays ». Appelé à devenir « le nouveau dragon de l’Océan Indien dans un avenir proche ». A cette fin, le PM d’appeler « les futurs bâtisseurs de Madagascar  à relever « le défi du développement inclusif et durable ».

Président élu. En marge de « cet événement économique » qui avait eu pour cadre la grande salle d’exposition de la zone industrielle Forello à Tanjombato, le PM a été rattrapé par la politique à travers les questions posées par des membres de la presse. En ce qui concerne l’affaire Marc Ravalomanana, Kolo Roger de faire savoir que « toute décision doit être prise dans le respect de l’Etat de droit et du souci d’apaisement ». Il a aussi mis l’accent sur les impératifs de stabilité. Une manière de réitérer qu’  « il n’y aura pas de transition bis car le pays a un Président démocratiquement élu et reconnu par l’ensemble de la communauté internationale ».

Gouvernement. A propos du remplacement de Fienena Richard au poste de ministre de l’Energie, le chef du gouvernement de répondre que cela se fera le moment venu. En attendant, « il faut laisser l’intérimaire travailler ». En tout cas, pour Kolo Roger qui a réaffirmé hier son attachement à l’excellence,  « on est dans le gouvernement pour servir le peuple et non pas pour des intérêts personnels ni ceux d’un parti ou d’une minorité».

R. O

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication