Litige foncier à Ivato : Le Fokonolona dénonce l’abus de pouvoir des militaires

Les militaires ont arraché les banderoles du Fokonolona.

Ce litige foncier prend depuis samedi dernier une nouvelle tournure, car le Fokonolona ose manifester contre ceux qui veulent l’exproprier.

Une tentative d’expropriation et d’expulsion est confrontée au refus de ceux qui ont valorisé le terrain depuis des années. C’est ce qui se passe actuellement à la BANI (Base AéroNavale d’Ivato). Samedi dernier, une dizaine de militaires étaient venue avec des engins prêts à être utilisés pour détruire et enlever les cultures se trouvant sur ce terrain de neuf hectares. La manifestation du « Fokonolona » parmi lequel se trouvent des militaires retraités et encore en service s’est poursuivie dimanche. Le « Fokonolona » s’est opposé à l’opération d’expulsion. Les travaux ont été alors suspendus. Un  père de famille faisant partie de ceux qui exploitent le terrain litigieux d’expliquer : « Nous valorisons ce terrain depuis plus de trente ans. Nous avons enclenché une procédure d’acquisition auprès des Services des Domaines et nous avons découvert que le terrain en question est un terrain domanial, donc appartenant à l’Etat. » Notre interlocuteur de conclure : « Ce terrain n’appartient donc pas à l’Armée Malagasy ».

Les militaires ont utilisé des engins.

Convoitise. D’après nos sources, le terrain litigieux n’a pas attiré la convoitise des officiers militaires qui tentent de l’accaparer actuellement. Mais, depuis qu’une route est construite entre Soavimasoandro et Ivato (Route de la Francophonie), l’endroit est devenu un objet de convoitise pour ces officiers militaires. D’ailleurs, ce terrain de neuf hectares est très fertile étant donné qu’il est situé au bord d’un lac. Interrogés sur l’objet de leur mission, les militaires envoyés sur place samedi dernier ont refusé de s’exprimer en prétextant qu’ils sont soumis à une subordination hiérarchique. « Nous sommes ici pour exécuter des ordres. », ont-ils répondu. Le Fokonolona a déjà intenté une action auprès du tribunal dans le cadre de ce litige qui l’oppose à un groupe d’officiers de l’Armée. A rappeler que le litige sur ce terrain de 9 hectares se trouvant à la BANI ne date pas d’aujourd’hui. Mais, c’est actuellement que le Fokonolona ose manifester publiquement contre les tentatives d’expropriation.

Problèmes récurrents. En tout cas, les litiges fonciers sont devenus des problèmes récurrents ces derniers temps dans toute l’île. Et c’est toujours le Fokonolona qui en est la victime. Dans la plupart des cas, les adversaires du Fokonolona finissent par gagner, notamment si l’affaire est portée devant la Justice. Mais, force est de constater que ce n’est pas seulement au niveau de la Justice que les « prédateurs » arrivent à faire réussir leurs manœuvres. Ils mobilisent également leur réseau au niveau des Services des Domaines où ils finissent toujours par obtenir des papiers en bonne et due forme leur permettant d’expulser ceux qui exploitent le terrain depuis des années. Ce qui se passe à la BANI n’en est qu’un cas flagrant de ce phénomène qui ternit l’image de notre administration domaniale et de notre Justice.

  1. R. Eugène
Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

4 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Ny ah zany de tsotra fotsiny ny teniko. Io de vokatry ny fitiavan-kely nataon’ny gasy ihany no nahatonga anio mody omena 25000 fmg t@ zany de mirohitra makaty antananarivo manabe isa ny mpankafii ny ny candidat tsy tiana akory. De aveo mitohy @ fivarotana tany @vahiny mahita 2 na 3 milliard de roboka ery mamita taratasy aingana fa sôde votsotra ty volabe. de refa efa tonga eto @zay ry zareo de izy no manjakazaka vôvidiny @ volany hatr@ gendarmerie sy ny miaramila. de hoavy kou izy no manapakevitra ze gendarme eo @ place eo sy izay afaka guideny @ itiavany anazy de any vô tonga saina hoe « takizay ihany ». io zany de tsotra ny teniko. « ISIKA FOANA IHANY RY MALAGASY NY ANTONY NAHATONGA IZAO FA AZA VARIANA MITADY COUPABLE HAFA FOANA, ISIKA NO NAHATONGA IZAO. DE MBA TONGAVA SAINA. REFA TONGA SAINA ISIKA DE APARITAHO @MANODIDINA AO ANTOKATRANO NY FAHATONGAVAN-TSAINAN’TSIKA. » Mirary soa ho antsika malagasy ny tenako.

  2. LA TERRE DE NOS ANCETRES à M/SCAR ? = Il fallait s’y attendre ry Ramalagasy. La question de la propriété foncière à M/scar, constitue la clef de voûte de notre future « REVOLUTION SOCIALE POPULAIRE DE LIBERATION NATIONALE » . Sinon…sinon le Peuple malagasy laborieux finira par devenir un  » PEUPLE ERRANT » dans son propre Pays ancestral. LA TERRE (y compris les richesses du sous-sol) est le premier MOYEN DE PRODUCTION. Avez-vous compris la stratégie et les convoitises de toutes ces grandes « SOCIETES MULTINATIONALES ETRANGERES à M/scar aujourd’hui » ? Et on peut comprendre l’empressement de la FRANCE et de ses « Sociétés multinationales frantsay en priorité » pour revenir à M/scar. Salut ry Akama Patriote malagasy !

  3. les engin comme je vois ici doit sur le terrain tokony ampiasaina @ fanamboaran-dalana simba marobe sur notre ile,fa tsy natao handravana fananan’olo,car il y a bcp à faire Madagascar pour que les peuples ne sont pas terrorisé comme en syrie,mais une forme de chose

  4. Beaucoup de Malgaches perdent leurs terres ancêstrales. N’oubliez pas la terre volée d’Antsofonondry, après être volé par des malgaches, puis vendue à Rajabally, puis à la société Meiji. Les Malgaches qui parlent de « terre des ancêtres » mais n’ont plus aucune parcelle de terre à Madagascar.

Poster un commentaire