Affaire Apollo 21 : « L’enquête au fond terminée, le procès pour bientôt », selon la PGCA

La Procureure générale près la Cour d’appel d’Antananarivo a déclaré que le procès de l’affaire Apollo 21 aura lieu bientôt. (Photo d’archives)

Elle a suscité l’attention de bon nombre d’observateurs depuis son début. Ce procès pourrait drainer du monde à moins qu’il soit retransmis en direct comme l’a souhaité l’avocat des inculpés.

En marge de la cérémonie de présentation des nouveaux membres de l’Ordre des huissiers et des commissaires priseurs, la Procureure générale près la Cour d’appel d’Antananarivo (PGCA), Berthine Razafiarivony, s’est exprimée sur l’affaire Apollo 21. Ce juge a tout juste déclaré que « l’enquête au fond est terminée, le procès est pour bientôt». Sur cette affaire, elle a donné une conférence de presse, le 1er août dernier. Elle a notamment déclaré lors de cette rencontre avec la presse que « des documents corroborent les intentions des prévenus, notamment un document du budget de Apollo 21 avec un plan stratégique, politique et opérationnel détaillé et chiffré ». Et depuis, l’affaire a évolué. Notons que ce procès pourrait se tenir vraisemblablement dans le courant de ce mois, étant donné que la prochaine session de la Cour Criminelle Ordinaire se tient en ce début du mois de septembre. C’est-à-dire d’ici peu.

Interventions. Ainsi, le 4 août, Paul Maillot Rafanoharana et Philippe François, deux anciens officiers supérieurs de la gendarmerie et de l’armée française, ont été placés sous mandat de dépôt à la maison de force de Tsiafahy. Aina Razafindrakoto a été placé en détention préventive dans cette maison de force. Quant à l’ancien Premier ministre Victor Ramahatra, il a été incarcéré à la prison d’Imerintsiatosika avec un chef d’escadron de la Gendarmerie nationale, commandant du groupement de sécurité et d’interventions spécialisées tandis que quatre éléments de ce groupement ont été placés sous contrôle judiciaire. Il en est de même de Sareraka qui a été également placé sous contrôle judiciaire. Par ailleurs, l’épouse de Paul Rafanoharana a été placée sous mandat de dépôt à Manjakandriana.

En direct. D’autres personnes ont été aussi entendues. Il s’agit de cinq généraux en activité, issus de l’armée et de la Gendarmerie nationale qui ont été également cités dans la tentative d’assassinat du président de la République. À l’issue de leur comparution, deux généraux ont été mis sous contrôle judiciaire et trois autres ont bénéficié d’une liberté provisoire. Toujours est-il que l’avocat de Paul Rafanoharana a revendiqué la retransmission en direct du procès de son client, sur les chaînes nationales. Wait and see.

Dominique R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Une enquête que l’on pourrait qualifier de « rapide » et un procès que nous attendons respectueux de la présomption d’innocence et des droits de la défense !!

  2. Bonjour aux lecteurs !
    On vous prend pour des imbéciles.
    Vous savez bien tous qu’il s’agit d’une sale manipulation d’un régime pourri et aux abois et que la procureure a trouvé là une excellente affaire pour se faire mousser.
    Réagissez en tant que Malgaches censés et convaincus.

  3. Sauf erreur, la tentative d’assassinat du président A.R n’aurait pas été évoquée lors de l’entrevue ,fût-elle à huis clos, entre les présidents français et malgache. Secret Défense !?
    Quid de l’assistance de La France aux ressortissants français incarcérés à l’étranger (affaire Quiniollot) !?
    Et voilà une enquête bien plus rapidement menée que celle des 73,5 kilos d’or : bizarre!

Poster un commentaire