Nutrisud : 8 millions de compléments alimentaires par an pour 120 000 enfants malnutris

Ces dosettes de solution nutritionnelle contribueront à la lutte contre la malnutrition aiguë dans les régions Anosy et Androy.

L’image du Sud malgache est toujours associée à la famine, à la précarité et surtout à la malnutrition infantile. Et c’est cette triste réalité que la population du Sud a endurée depuis des décennies et qu’a alerté la première dame et présidente de l’association Fitia, Mialy Rajoelina. Selon les données statistiques des trois derniers mois émanant de l’Office National de Nutrition, 15% des enfants de moins de 5 ans des régions Anosy et Androy sont victimes de malnutrition aiguë. Des actions d’urgence ont déjà été menées dans cette partie de l’île par l’association Fitia, l’Etat et les partenaires techniques et financiers. « J’ai voulu voir au-delà des actions d’assistanat pour donner la place à la valeur humaine. J’ai voulu élargir la portée de nos actions afin qu’elles impactent sur la population et apportent un changement sur la durée », a souligné Mialy Rajoelina. Et il y a un an, elle a rencontré la Fondation Mérieux, engagée dans le domaine de la santé dans plusieurs pays en développement. Sensibles à la cause et partageant les mêmes visions que l’association Fitia, les deux entités se sont donné la main pour élaborer ensemble un projet pour lutter contre la malnutrition.

Création d’emplois. Au mois de mars, une convention ayant pour objet la mise en place d’une usine de fabrication de produits nutritionnels a été signée entre les 3 entités y compris Nutriset. Sept mois après, l’usine est opérationnelle. « Aujourd’hui est un jour important car c’est la concrétisation d’un projet qui me tient à cœur, et qui permettra à une grande partie des enfants du Sud de Madagascar de sortir de la malnutrition », a-t-elle continué. L’inauguration de l’usine s’est déroulée, hier, à Fort-Dauphin en présence du président de la République Andry Rajoelina, de Pascal Vincelot, de la Fondation Mérieux et de Faustine Lescanne du Groupe Nutriset. Cette action revêt un intérêt vital pour toute une population souvent lésée. 600 tonnes soit 8 millions de dosettes de solution nutritionnelle sortiront de l’usine chaque année pour approvisionner les cantines scolaires des écoles des régions Anosy et Androy. 120.000 enfants victimes de malnutrition pourront reprendre plus sereinement le chemin de l’école avec vitalité. Ce projet permettra aussi la création d’emplois indirects dans ces régions. Les femmes seront privilégiées et participeront au fonctionnement de l’usine et aux récoltes des matières premières, ce qui contribuera à leur autonomie financière. Mialy Rajoelina croit en l’émergence du Sud pour les années à venir à travers cette usine agro-alimentaire logée dans un container.

T.H

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. En complément de ce qui précède, je recommande le livre de l’ancien ambassadeur Pierre Jacquemot « Souverainetés agricole et alimentaire en Afrique : la reconquête », paru chez l’Harmattan [dans lequel « il écarte les tentations de la révolution verte et de l’agro-business.Il propose au contraire de s’appuyer sur «  »l’énorme potentiel » » de l’agriculture familiale africaine »] .

  2. C’est une très bonne nouvelle : Le gouvernement pare au plus pressé (action de court terme). Faudrait maintenant un temps d’observation et de conception – expérimentation de la phase de moyen terme et de long terme.C’est-à-dire réunir les conditions de réalisation d’une agriculture vivrière d’autonomie au niveau des communautés villageoises (irrigation – permaculture – arboriculture…).
    Bref. L’espoir est permis .

Poster un commentaire