Conférence-débat au Carlton : Réconciliation spectaculaire

Le député de Toamasina I, Roland Ratsiraka, n’a pas manqué de fustiger le chef de l’Etat, lors de cette conférence-débat. D’après le député, le chef de l’Etat ne devrait plus parler des anciens présidents qui ne sont plus de ce monde, ni affirmer que rien n’a été accompli en 60 ans.

Comme le député Roland Ratsiraka l’a déjà annoncé, lors d’une conférence de presse qu’il a tenue le 9 novembre dernier, le groupe Panorama a invité le chef de l’Etat et les anciens présidents à une réunion le 13 novembre à l’hôtel Carlton. Seul Marc Ravalomanana a répondu présent. Portant sur le thème « Madagascar fait marche arrière. Comment sortir du gouffre ? ». Cette conférence-débat a été également marquée par une réconciliation que l’on peut qualifier d’historique entre Marc Ravalomanana et Roland Ratsiraka. En effet, le député de Toamasina a rappelé à l’ancien Président le fait qu’il ait été emprisonné sous son régime. « J’ai entendu cela, c’est la raison pour laquelle vous ne m’aimiez pas. C’est l’application de la discipline. Il y avait un ministre qui en était chargé et je ne suis pas intervenu », a répliqué Marc Ravalomanana. Roland Ratsiraka n’a pas voulu en faire une histoire.  « Pas de rancune », a-t-il soutenu. Par la suite, les deux personnalités ont procédé à une poignée de main pour signifier que cette mésentente était derrière eux. Une réconciliation spectaculaire, en quelque sorte.

Situation déplorable. Eliana Bezaza, Brigitte Rasamoelina, Tabera Randriamanantsoa, Tehidrazanarivelo, Ahmad Ahmad, Paraina Auguste, Me Willy Razafinjatovo dit Olala, Harinaivo Rasamoelina et Olivier Rakotovazaha, pour ne citer qu’eux, ont également répondu présents. Désiré Randrianarivelo est également intervenu, donnant notamment son point de vue sur le monde judiciaire. En outre, d’autres chefs de partis et des représentants de la société civile sont également venus. Lors de son intervention, Roland Ratsiraka a souligné « nous sommes liés par un lien, l’amour de la patrie ». De son côté, Eliana Bezaza, secrétaire national du PSD a parlé de la situation déplorable dans laquelle se trouve le monde rural, notamment les paysans, une situation qui n’était pas pareille du temps de la première République, a-t-elle rappelé. Une séance de questions-réponses a ensuite terminé cette réunion.

Dominique R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire