Face-à-face Gouvernement – Assemblée nationale : Trois femmes ministres pointées du doigt

Le PM a conduit l’équipe gouvernementale au CCI Ivato.

Deuxième jour de séance de questions-réponses entre l’équipe gouvernementale et les membres de la Chambre basse hier au Centre de Conférence International Ivato.

« Le linge sale se lave en famille mais pas publiquement ». Le député élu à Betroka, Nicolas Randrianasolo qui n’a pas la langue dans sa poche, a demandé au Premier ministre de régler au niveau du gouvernement, la mésentente entre Baomiavotse Vahinala et Haingosoa Hortencia Antoinesie. Le député de l’opposition élu à Ambatondrazaka Fidèle Razara Pierre pense que « la solution, c’est la démission de la vice-ministre de la Reforestation qui ne maîtrise pas les Finances Publiques ».

Désordre. La députée de la majorité élue à Isandra, Marie Voahanginirinazafimandimby  de dire au Premier ministre que « cette vice-ministre risque de faire désordre ». À son corps défendant de faire montre de « tegna samy tegna », c’est-à-dire de solidarité betsileo, elle a pris fait et cause pour la ministre de l’Environnement et du Développement durable qui est, d’après elle, « une personne humble ». Elle s’est ensuite adressée à Rindra Hasimbelo Rabarinirinarison qui « est montée en grade en passant du poste de Secrétaire général à celui de ministre de l’Economie et des Finances ». Elle a recommandé au Grand Argentier de « garder les techniciens du ministère de l’Economie et des Finances et de ne pas écouter certaines sottises ».

Parlement des Jeunes. Fidèle Razara Pierre a également pointé du doigt la vice-ministre de la Jeunesse, Juliana Tahina Ratovoson. Quand bien même l’intéressée serait apparentée au HVM, l’élu de l’opposition lui reproche son « initiative malencontreuse de Parlement des Jeunes ». Comme pour dire que c’est une sorte d’infantilisation, voire d’usurpation du rôle des vrais parlementaires.

Provocation. Pour sa part, la députée élue à Bealanana, Marie-Thérèse Volahaingo a cloué au pilori la ministre de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme, Princia Soafilira. « Elle ignore l’IRD  quand elle vient chez nous alors qu’elle est la ministre coach de la Région Sofia. Ce sont les membres du HVM qui se trouvent à ses côtés sur la tribune ». L’ex-ministre de l’Education nationale demande au Premier ministre de « recadrer l’actuelle ministre de la Population qui fait de la provocation ».

Évaluation. Une autre ancienne ministre devenue députée a aussi ses « maux » à dire hier. L’élue de Vangaindrano, Eléonore Johasy a tenu à souligner que « la séance de questions-réponses n’est ni le moment ni l’endroit pour procéder à l’évaluation des membres du gouvernement qui revient à qui de droit ». C’était hier au CCI Ivato, et certains députés ne connaissaient pas les nouveaux ministres, à tel point qu’ils ont dû leur demander de se lever. Des ministres nouvellement nommés ne savaient pas non plus où se trouvait tel ou tel District.

Couleur. En tout cas, chacun a affiché sa couleur tant dans les rangs des députés que du côté du gouvernement. « Tout un chacun est libre de choisir la couleur de sa veste, de sa robe, de sa cravate. C’est une liberté fondamentale garantie par la Constitution », a fait savoir le député élu à Port-Bergé Paul Bert Velontsara. Répondant ainsi à la députée élue dans le 1er arrondissement de Tana, Hanitra Razafimanantsoa qui mettait en cause « la neutralité politique de quelques membres du gouvernement qui arboraient des cravates orange », même si celle du ministre de Défense nationale, le général Richard Rakotonirina par exemple, était de couleur rouge, sans qu’il soit pour autant inféodé à la…team de l’opposition.

Recueillis par R.O

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

Poster un commentaire