Benny, un mutli-instrumentiste entre jazz et « ba-gasy »

bennyJe suis connu dans le milieu du « ba-gasy ». Je vais d’ailleurs monter sur la scène du Ccesca les 14 et 15 octobre. J’ai, dans les années 70 et ce, pendant une dizaine d’années, pratiqué le karaté et l’aïki-do. Je suis marié depuis près d’une vingtaine d’années à une animatrice télé très connue sur la chaîne nationale. Qui suis-je ?

Le jazz ? Il en est amoureux. « Je l’apprécie autant que le ba-gasy ». C’est pourtant dans le « ba-gasy » qu’il trace son chemin, se fait connaître en tant qu’artiste et connaît ses plus grands succès. Dans la même classe que Lôlô à l’Annexe Lycée Galliéni depuis le 9e, Rabenirainy François Daniel ne savait pas que plus tard, il allait se retrouver à nouveau avec son copain de classe, mais cette fois, dans un tout autre monde : artistique. Leur amitié était cependant prémonitoire. « Benny, il n’y avait que Lôlô qui m’appelait ainsi ». C’est pourtant avec ce même nom que plus tard, il se fait connaître du grand public.

Lôlô. Après les années collège, le petit Benny commence une nouvelle page : le lycée. Il n’est plus dans la même classe que Lôlô. Il fait la connaissance d’Erick Manana qui, comme lui, aimait le chant et la guitare. « A la sortie d’école, on faisait le même parcours. A l’époque, on habitait effectivement Ankadivato et Erick, Antsahabe. Il me demandait si ça m’intéressait d’être dans un groupe », se souvient Benny, nostalgique. Un matin, Erick décide donc de le présenter à toute la troupe. « Ils étaient tous là. Et j’avais tout de suite reconnu mon ancien camarade de classe ». A l’époque, le groupe ne s’appelait pas encore Lôlô sy ny tariny. « D’ailleurs, on n’avait pas tout de suite attaqué la grande scène. On animait les mariages d’un copain, la fête d’un tel…». Que des évènements privés ! Enfin, pour le moment. C’est en 1977 que commence la grande aventure. « On investissait Antsahamanitra pour la première fois. Et depuis, c’était l’effet boule de neige ». Leur carrière était lancée et « Lôlô sy ny tariny » est devenu, un des groupes les plus appréciés de sa génération.

Un parcours très riche. Entre temps et parfois bien avant, Benny a vécu beaucoup de choses : des moments inédits, des rencontres et des partages extraordinaires qui l’ont forgé et jusqu’à présent, continuent de le marquer. Alors qu’il ne devait avoir que 9 ans, il est invité par Randrianonivelo à monter sur scène avec lui. « J’ai partagé la scène avec Ossy, Gabhy, Romule… On interprétait les compositions de Ramaroson Wilson ». En 1977, il fut également membre de Voamaintilany, le groupe artistique du lycée Galliéni. Mais plus incroyable encore, il fut en 1984, l’invité d’Henri Ratsimbazafy. « Je chantais avec lui et l’accompagnais à la guitare. Une expérience inédite qui m’a beaucoup marqué ». Plus tard, avec Dina Rakotomanga, Modeste Ratsimandresy, Erick Manana, Charles Kely et Solo Andrianasolo au début, il crée Hot Club Madagascar. Il est également membre de Feo Gasy. Benny, c’est un artiste qui a et continue d’émerveiller les amoureux de bonne musique, de « ba-gasy » surtout, mais c’est également un mari, un père et… un grand inconditionnel de jazz qui joue à la fois du piano, du violon, de la contrebasse, du saxophone, mais également du trombone et un grand amateur de cuisine, chinoise particulièrement.
Mahetsaka

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire