Nosy-Be jazz festival : Coup d’envoi en toute convivialité

La deuxième édition rend hommage à Régis Gizavo, Ole et à Tsilavina Ralaindimby.

C’est parti pour trois jours de moments intenses et inédits au rythme du jazz et sous le soleil de Nosy-Be. Mercredi, 5h du matin. Au Café de la Gare Soarano, Niry Ravelojaona,  président du festival est déjà sur place. Entouré de son staff, il attend patiemment les festivaliers, musiciens et photographes qui vont participer à la grande aventure du Nosy-Be jazz festival. Les participants arrivent peu à peu. Partageant l’enthousiasme des organisateurs, ils sont eux aussi impatients de vivre cette expérience inédite. « On n’a pas encore rencontré les artistes italiens avec lesquels on va former un quartet, mais on est déjà impatient de jouer avec eux », souligne le trompettiste Tsanta Randriamihajasoa.

8h, tout le monde est là. L’aventure peut débuter ! 24 heures après le départ, nous voilà arrivés à Ankify, la porte de Nosy-Be. L’émotion est à son comble. On y est enfin ! Les artistes internationaux viennent eux aussi d’arriver. Ils sont prêts à en mettre plein la vue à ce public qui attend d’être émerveillé. Cependant, pas de manifestations pour l’instant ! Place au repos pour bien se préparer à la suite. Vendredi matin, le beau petit monde de NBJF se retrouve en ville, au Côté Jardin. Les artistes sont tous déjà là. Ils se familiarisent et font connaissance autour d’un verre et sur la bonne musique de Solo Razaf qui y a animé un masterclass, sous les yeux ébahis et admiratifs du public.

Un très bon début en douceur sur une note de convivialité et de bonne humeur. Les choses sérieuses débutent en revanche ce jour avec Lionel Belmondo qui va animer le masterclass à l’Office régional du tourisme de Nosy-Be et continue avec la soirée aux Bungalows d’Ambonara qui mettra sous les feux des projecteurs Aina Cook & Kyle Allen accompagnés par les talentueux musiciens du Jazz Club CGM. Un programme alléchant qui donne déjà l’eau à la bouche.

Mahetsaka

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire