Littérature : La semaine consacrée au Havatsa-Upem

La ministre de la Communication et de la Culture à l’ouverture de la semaine du Havatsa-Upem.

Sous le haut patronage du ministère de la Communication et de la culture, le rideau est levé sur la semaine du cercle des poètes Havatsa-Upem.

Hier, hommes et femmes de lettres se sont retrouvés à la bibliothèque nationale à Anosy. L’événement s’étend sur cinq jours avec une programmation bien remplie. Parmi les plus grands rendez-vous, la conférence avec l’écrivain et enseignant I.P Andriamangatiana, auteur du manuel scolaire de la classe terminale, « Vakivakim-piainana » cet après-midi.

Havatsa-Upem est le cercle des poètes qui tient une place prépondérante dans le paysage littéraire malgache depuis maintenant 70 ans. Son but, promouvoir les œuvres littéraires malgaches, la traduction sous toutes ses coutures. Les membres se succèdent et s’éparpillent dans différents domaines afin de développer la culture malgache qui fait notre identité culturelle. Les productions s’étendent entre les journaux, les revues et les œuvres littéraires.

Pour rappel, Havatsa-Upem est le premier cercle des hommes de lettres malgaches. Union des poètes et écrivains malagasy, Upem a été initié par les grands poètes malgaches tels que Dox ou Jean Verdi Razakandrainy. Un peu plus tard, Upem s’est transformé en Havatsa-Upem, havatsa voulant dire cachet, tatouage, signe que l’âme de la poésie malgache vie à travers les plumes de ses poètes. Les écrivains et poètes ont utilisé la poésie pour raconter leurs peines et militer diplomatiquement. Jusqu’à aujourd’hui, le cercle des poètes Havatsa-Upem est le cercle conservateur par excellence. Ce cercle garde toujours le style imposé par les fondateurs comme Dox, et Rado, Georges Andriamanantena.

Zo Toniaina

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire