Color Boom : Une exposition tout en couleur signée Jessi Avilà et Zongo Bilaky

Jessi Avilà à gauche, Zongo Bilaky à droite, et derrière eux leurs œuvres.

Samedi 06 novembre 2021 à La Teinturerie Ampasanimalo, Jessi Avilà et Zongo Bilaky présentaient au public une quarantaine d’œuvres dont des tableaux et des installations. Cette exposition nommée Color Boom est ouverte aux visiteurs et aux acheteurs jusqu’au 26 novembre.

Deux univers suivant un même fil conducteur, voilà comment on pourrait tenter de décrire cette première collaboration entre les deux jeunes artistes. Si Jessi Avilà se concentre essentiellement sur la peinture acrylique, Zongo Bilaky lui baigne dans un art où le recyclage est le maître-mot. Bien entendu, comme son nom l’indique, cette Color Boom offre une explosion de couleurs. Avis aux âmes sensibles avec l’utilisation massive de couleurs fluorescentes sur les toiles de Jessi Avilà. Lui de nous expliquer ce choix en disant qu’il est tombé sous le charme des bombes acryliques Molotow, tout en notant que : «j’ai également utilisé des peintures acryliques classiques dans la réalisation de ces tableaux ». Ce grand adepte de la lumière estime que les couleurs intenses ont cette capacité d’apporter une certaine joie, ce qu’il souhaite d’ailleurs transmettre à travers ses toiles.

Quelques tableaux de Jessi Avilà.

De son côté, Zongo Bilaky reste fidèle à son style avec une trentaine d’œuvres qui offrent une nouvelle vie à différents objets. Comme les œuvres de son homologue, les installations de l’artiste affichent elles aussi différentes couleurs pour être en adéquation avec la thématique de l’exposition.  Selon les deux artistes, leurs deux univers sont liés par le fait qu’ils tirent leur origine de l’Afrique.

Malgré la mauvaise posture du marché de l’art actuellement, les artistes plasticiens s’accrochent et continuent de travailler coûte que coûte. Généralement, les acheteurs des œuvres d’art locaux viennent d’ailleurs. Mais comme ils ne peuvent venir ces derniers temps, certaines œuvres ne trouvent pas preneurs. D’ailleurs, Zongo Bilaky invite aussi les consommateurs locaux à s’intéresser au “Vita Malagasy” et aux objets d’art.

Anja RANDRIAMAHEFA

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire