Rencontre : Les « diligences » de la capitale à l’aube du XXè siècle

Entre les années ‘30, selon les recherches, et les années ‘60, les diligences faisaient office de taxi-brousse

Samedi, le café histoire au musée de la photographie à Anjohy proposera « Dernières diligences d’Antananarivo, témoins des années 1900 » à partir de 10h. « Voitiry » (malgachisation du mot Voiture) est un type de diligence tracté par deux chevaux. Il sert de transport en commun pour les villageois qui se rendent aux marchés d’Antananarivo pour y vendre fruits et légumes. Avec l’arrivée des « taxi-be », les « voitiry » sont de moins en moins utilisées jusqu’à devenir rares. Les quelques unes qui circulent encore dans la capitale rappellent aux nombreux Tananariviens une autre époque ! Cependant, ces diligences ont survécu au contexte contemporain. On les retrouve encore à Soavina, à l’ouest d’Antananarivo, de plus en plus converties en attelage d’apparat. Location pour les carnavals, les mariages et autres événements ponctuels, si auparavant, la capitale ne mangeait pas de légumes sans l’intervention de ce moyen de locomotion. Les taxi-brousses avaient des difficultés à aller dans ces contrées difficiles d’accès, une autre raison pour laquelle, les « voitiry » ont survécu au temps. Surtout en temps de pluie. Le titre qui comprend « … témoins des années 1990 », est complètement justifié.

Maminirina Rado

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire