Tourisme durable : De grandes opportunités à saisir, selon Patrick Ramonjavelo

Le retour à l’ordre constitutionnel est une occasion de relancer le tourisme, de manière durable, selon l’expert des secteurs aérien et du tourisme, Patrick Ramonjavelo.
Le retour à l’ordre constitutionnel est une occasion de relancer le tourisme, de manière durable, selon l’expert des secteurs aérien et du tourisme, Patrick Ramonjavelo.

Madagascar est une destination touristique naturellement durable. Valorisation du patrimoine, implication de la population et conservation de la nature sont impératives, d’après le spécialiste malgache des secteurs aériens et du tourisme.

La destination Madagascar affichait, entre 2003 et 2008, une croissance moyenne annuelle de 11 % du nombre de visiteurs, pour atteindre le pic historique de 375 000 touristes en point de sortie 2008. Puis, la destination a souffert, à partir de 2009, des effets de la crise financière mondiale sur les décisions de voyages, couplée à la crise sociopolitique nationale qui a effrayé le Touriste. Conséquence, une chute de 50 % sur les arrivées internationales en 2009, par rapport à 2008 ; pertes d’emplois ; chômage technique et forte baisse du revenu national. Aujourd’hui, le tourisme peine à retrouver sa santé d’avant crise, malgré les efforts notables des acteurs du secteur. Ces derniers sont aussi confrontés à une détérioration des dessertes aériennes domestiques, avec les irrégularités répétées des vols vers les destinations touristiques, les prix des billets devenus onéreux et dissuadant la clientèle résidente ; ou encore l’absence de liaisons vers des villes enclavées. Etant donné l’immensité de la Grande-île et la défaillance des infrastructures terrestres, le transport aérien doit être le levier pour dynamiser durablement le tourisme, a expliqué Patrick Ramonjavelo.

Défaillance du système. Par ailleurs, plusieurs départements concernés par le tourisme travaillent de façon cloisonnée, hermétique et peu ouverte. En effet, les départements de l’Environnement, de la Culture, du Patrimoine, du Commerce, de l’Industrie, des Finances, du Transport et de la Sécurité y gagneraient assurément à œuvrer en synergie dans l’intérêt de la durabilité du tourisme. En outre, la question sur le modèle du tourisme pour Madagascar persiste. Optons-nous pour un tourisme de masse ou de niche ? Un tourisme durable sur le long terme ou un tourisme d’opportunité sur le court terme ? Dans tous les cas, le tourisme est considéré comme un des secteurs qui permettra de relever le défi démographique qui se profile à vive allure, comme Madagascar doublera sa population en 2050 pour compter 40 millions d’habitants. Secteur à forte capacité de résilience, le tourisme n’en reste pas moins une industrie composée d’investisseurs, d’agents économiques et de capitaux humains. Les crises répétées et l’absence de solutions concertées et pérennes ont engendré une perte de confiance à entreprendre dans le secteur. Espérons que le retour à l’ordre constitutionnel favorisera la relance du tourisme. Encore faut-il que la stratégie choisie soit enfin durable… Il en va de l’avenir économique et social de la Grande-île.

Recueilli par Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication