Rencontre Ravelonarivo-MEDEF : 41 entreprises françaises présentes à Paris

La délégation malgache, avec les représentants du MEDEF.
La délégation malgache, avec les représentants du MEDEF.

L’amélioration de l’environnement des affaires à Madagascar commence à satisfaire les investisseurs étrangers. Une rencontre entre le Mouvement des Entreprises de France (MEDEF) et une délégation malgache s’est tenue hier à Paris.

Les différentes réformes menées pour l’amélioration de l’environnement des affaires à Madagascar encouragent les investisseurs français. Cela a été su hier, lors d’une rencontre entre la délégation conduite par le premier ministre Jean Ravelonarivo et le MEDEF, sous la houlette de Patrick Lucas, président du Comité Afrique, vice-président de MEDEF International, et non moins président de Gras Savoye. D’après les informations, la séance, inaugurée par un déjeuner-débat, a vu la participation de 41 entreprises majoritairement françaises, opérant notamment dans le secteur bancaire, minier, pétrolier, études et conseil, télécommunication, transport maritime, BTP, immobilier, fonds d’investissement privé, électrification, équipements industriels, aéronautique, énergie renouvelable, etc. Quant à la délégation malgache, le ministre des Finances et du Budget, le ministre de l’Environnement, de l’Ecologie, de la Mer et des Forêts, ainsi que le DG de l’EDBM (Economic development board of Madagascar) figurent parmi les membres.

Améliorations. Plusieurs changements ont été exposés au MEDEF, lors de la rencontre d’hier, si l’on ne cite que l’amélioration du cadre réglementaire, la facilitation des procédures, les mesures d’incitation, et les différentes réformes. « Nous sommes satisfaits et heureux d’être présents à Madagascar, où les conditions des affaires sont nettement mieux que dans les autres pays d’Afrique et où le capital humain est performant », a affirmé le directeur financier pour l’Afrique d’Imperial Tobacco, lors de son intervention. Par ailleurs, les entreprises présentes à la séance, majoritairement tournées vers l’Afrique et en quête d’opportunités d’investissement dans la Grande Ile, ont surtout émis leurs souhaits d’implantation, de nouveaux partenariats ou d’extension d’activités déjà existantes. Pour sa part, le premier ministre malgache a mis en avant les efforts accomplis par le Gouvernement pour améliorer le climat des affaires. D’après ses dires, Madagascar devrait être classé parmi les top80 du doing business en 2020, si l’on est encore aujourd’hui au 163e rang sur 189.

Recueilli par Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire