Filière sucre : Nosy-Be retrouve son joyau industriel

Lancement de la reconstruction de l’usine sucrière à Nosy-Be.
Lancement de la reconstruction de l’usine sucrière à Nosy-Be.

Pour Frank Fohine, PDG de la Compagnie Vidzar, réhabiliter l’unité sucrière de Nosy-Be est un challenge. Tout simplement parce que c’est son père Lucien Fohine qui a créé l’usine en question en 1981.

La Sucrerie de Namakia renaîtra de ses cendres, puisque son repreneur, la compagnie Vidzar a décidé de commencer les travaux de réhabilitation. L’’événement, trop important pour le pays a valu le déplacement du président de la République Hery Rajaonarimampianina qui a procédé la semaine dernière à la pose de la première de la future unité industrielle qui s’appellera alors Société Agricole Sucrière Malagasy (SASM).

Industriel local. « Grâce au partenariat public-privée, la sucrerie de Dzamandjar sera de nouveau fonctionnelle et la population pourra retrouver les emplois qu’ils ont perdus en 2004. Mais le plus important, c’est le développement économique du pays » a notamment déclaré le président Hery Rajaonarimampianina. Une manière de reconnaître officiellement le rôle prépondérant du secteur privé dans la relance économique. Qui plus est, il s’agit dans le cas d’espèce, d’un industriel local. En effet, la compagnie Vidzar qui a pris un énorme risque en reprenant cette unité sucrière tombée à l’abandon depuis environ 10 ans, est la manifestation même de la réussite des opérateurs économiques nationaux. Des opérateurs nationaux ayant le sens du patriotisme économique, à l’instar de Frank Fohine, le PDG du groupe Vidzar qui a pris cette initiative en prenant conscience de l’importance de la filière sucre pour l’économie malgache. En effet, cette relance de l’unité sucrière de Nosy-Be est le début de la fin de l’importation de sucre, provenant du Brésil et de l’Afrique du Sud et qui a englouti chaque année des millions de dollars de devises. « Je suis fier de la réouverture de la Sucrerie de Namakia car elle va contribuer à faire de notre pays, une nation prospère et moderne » a également déclaré le Président de la République.

Bouffée d’oxygène. Avec ses 20 000 tonnes de production annuelle en sucre pour la première année de production et de 100 000 tonnes à partir de la cinquième année, la Société Agricole Sucrière Malagasy va combler progressivement le déficit de la balance commerciale de Madagascar. Mais dans l’immédiat, la renaissance de la SIRAMA de Nosy-Be constitue une véritable bouffée d’oxygène pour la population locale qui va retrouver de l’emploi. Pas moins de 80 employés mis au chômage technique ont déjà retrouvé leur place avec le début des travaux. Mais à terme, la Société Agricole Sucrière Malagasy emploiera 5 000 travailleurs permanents. Mais avec les saisonniers, le nombre d’emplois créés dépassera facilement les 15 000. Sans compter évidemment le développement de la filière agriculture dans laquelle le Compagnie Vidzar s’impliquera, plus particulièrement. Fidèle à ses engagements sociaux, la compagnie Vidzar va également investir dans différents domaines relevant du social, de l’agriculture, de l’énergie du tourisme et de l’environnement. Un défi pour le développement sous toutes ses formes.

R.Edmond

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire