Enquête FINSCOPE 2016 : 41% de la population adulte exclus des services financiers

Madagascar se trouve à la 4e place vers la fin en termes d’exclusion financière au niveau de l’Afrique.

Une grande première à Madagascar. Le ministère des Finances et du Budget a mené l’enquête Finscope Consommateur 2016  dont la méthodologie a été élaborée par FinMark Trust, une firme basée en Afrique du Sud. Cette enquête, qui a été déjà menée dans 27 pays d’Afrique et d’Asie, est représentative et concerne les individus de plus de 18 ans sur la façon dont ils se procurent leurs revenus et gèrent leurs vies financières. La collecte des données a été effectuée auprès de 5 040 ménages issus de 504 localités de Madagascar pendant 69 jours. « L’objectif consiste à mesurer le niveau d’inclusion financière tout en décrivant le paysage de l’accès  aux services financiers d’un pays et en identifiant les obstacles », a évoqué Alexandre Randrianasolo, le SG du ministère des Finances lors de la présentation des résultats de l’enquête hier à l’hôtel Ibis à Ankorondrano. Il a ainsi été évoqué que 41% de la population adulte sont exclus des services financiers, car ils déclarent n’utiliser aucun des produits ni des services financiers, qu’ils sont formels ou informels.

400 000 Ariary/mois. Par contre, 30% des enquêtés ont recours à des mécanismes uniquement informels. Seuls 12% de ces adultes reconnaissent avoir usage des produits et des services bancaires commerciaux.  En effet, la majorité de la population adulte se trouve en milieu rural avec un faible niveau d’éducation et un revenu insuffisant qui est principalement tiré du secteur informel. Et 95% d’entre eux perçoivent moins de 400 000 Ariary par mois, d’après toujours l’enquête. Ils doivent en plus faire face aux dépenses de santé et de subsistance. Et toujours en milieu rural, 41% des adultes ne font pas d’épargne faute de moyens tandis que 31% d’entre eux dépendent des mécanismes informels, soit la constitution d’une épargne dans l’acquisition des bétails. Par contre, 15% gardent leurs épargnes à la maison et 6% utilisent des produits formels d’épargne non bancaire, soit auprès de la Caisse d’Epargne de Madagascar ou de la CNaPS.

Education financière. Par ailleurs, cette enquête a permis de dégager que 69% des adultes à Madagascar déclarent ne pas emprunter du tout. Seulement 2% d’adultes font des emprunts bancaires contre 6% qui contractent des crédits auprès des usuriers informels. En fait, les « Malagasy » préfèrent plutôt recourir à l’emprunt auprès de la famille ou des connaissances, soit près de 20% d’entre eux. Et parlant de l’assurance, 92% de la population ne sont pas assurés en raison de problème d’information et d’éducation. Ils ne voient pas l’avantage d’être assurés. Par contre, le Mobile banking constitue un outil permettant d’améliorer l’inclusion financière à Madagascar, car 2 millions d’adultes font actuellement des transferts de compte à compte. Pour y remédier, une éducation financière est déjà lancée.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire