Accord de pêche : Séances de négociation avec l’Union européenne

Les ressources marines malgaches intéressent davantage les opérateurs étrangers.

Madagascar compte défendre ses intérêts, dans le cadre de l’Accord de pêche à conclure avec l’Union Européenne. Le rapport du Conseil des ministres du 26 mai dernier a noté que l’État malagasy est représenté par le ministère des Affaires étrangères, le ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, ainsi que par l’APMF (Agence Portuaire Maritime et Fluviale), durant les négociations avec la délégation de l’Union européenne, pour la révision de l’Accord de pêche sur les ZEE (Zone économique exclusive). Des discussions se sont tenues les 27 et 28 mai derniers. Pour la partie malgache, les objectifs cités consistent à faire respecter la souveraineté nationale de Madagascar dans les zones de pêche marines malgaches ; à promouvoir le développement du secteur de la pêche ; à réviser les conditions fiscales des activités des bateaux de pêche européens suivant le nouveau régime fiscale défini lors du Conseil des ministres du 2 mai 2021, relatif à la redevance à charge des armateurs ; ainsi qu’à limiter le nombre de bateaux autorisés à opérer dans les zones marines malgaches. À noter que les accords de pêche entre Madagascar et l’Union européenne régissent les activités des navires européens dans la ZEE. Révisés à plusieurs reprises depuis plus de trois décennies, ces accords s’inscrivent dans une optique gagnant-gagnant, pour les deux parties.

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Ce n’est pas sans raison que la Grande-Bretagne ne veut pas que les européens pêchent dans leurs eaux territoriales.
    Alors, attention ! Les européens veulent piller les ressources comme avant.

Poster un commentaire