Autoroute du chocolat : Pour redorer l’image du cacao de Madagascar sur le plan international

Présentation du cacao et de ses produits dérivés lors de la 3e édition de Madagascar Terre Vivante.

Il s’agit de nouveaux circuits touristiques lancés dans le but de soutenir la filière cacao tout en promouvant le tourisme solidaire.

Le cacao de Madagascar a toujours une renommée internationale de par sa qualité, et ce, grâce aux trophées gagnés dans de nombreux pays : en France, en Belgique et en Suisse depuis ces dernières années. Cela devient même une identité économique de la Grande Île. Cependant, « cette filière rencontre des difficultés suite aux conférences organisées, il y a quelques années en France auxquelles nous avons assisté. À titre d’illustration, la production de cacao a connu une baisse incessante allant de 10 000 tonnes à 6 000 tonnes, et ce, pour différentes raisons, dont entre autres, la déréglementation climatique. En revanche, le prix de ce produit phare n’a pas augmenté suivant la loi de l’offre et de la demande. C’est pour cette raison que nous avons décidé de concevoir le concept “ Autoroute du chocolat ”. L’objectif consiste à redorer l’image du cacao de Madagascar sur le plan international », a expliqué Achille Rajerison, le président de l’ASA SOA France-Madagascar, qui plus est, le fondateur de la chocolaterie Ecole Edenia, dans le cadre de la 3e édition de l’événement intitulé « Madagascar Terre Vivante », qui s’est tenue, trois jours durant, au centre commercial Arkadia.

Transformés localement. Il s’agit de deux nouveaux circuits touristiques dont le départ est à Antananarivo. Le premier sera à destination d’Ambila Lemaitso et le second s’achèvera à Vohipeno, l’autre. « Les touristes aussi bien nationaux qu’étrangers vont d’abord visiter notre chocolaterie école, le premier centre de formation de chocolatiers à Madagascar agréé par l’Etat. Ils vont y fabriquer leurs propres tablettes de chocolat qu’ils vont partager aux enfants des planteurs de cacao qui n’ont jamais goûté ce produit du terroir. En effet, notre principal objectif est de soutenir ces planteurs de cacao qui sont les principaux fournisseurs de la matière première servant à fabriquer du chocolat, d’une part, et de multiplier les artisans chocolatiers pouvant transformer le cacao sur place, de l’autre. Ce qui permettra non seulement de créer de la valeur ajoutée mais aussi de générer des emplois locaux surtout pour les jeunes. Il est à noter que près de 5% de la production de cacao seulement sont transformés localement », a-t-il ajouté. Ensuite, les touristes choisissant ces nouveaux circuits touristiques vont visiter Mantasoa, réputée pour ses monuments historiques et l’élevage piscicole développé par l’association Zaikomena. La découverte de l’apiculture promue par la société Tattela sur Mandraka est également prévue avant la dégustation des boissons spiritueuses fabriquées par la société Ethanolab à Anjiro. Tous les processus de production de ces boissons qualifiées de produits du terroir 100% naturel, seront présentés aux visiteurs.

Incontournable. Après cela, ces derniers pourront visiter le parc national d’Andasibe pour découvrir les lémuriens, entre autres. La visite de Brickaville est également incontournable pour ceux qui feront ce circuit de l’Est. En effet, « on peut y découvrir la première exploitation de cacao entreprise par la famille Robert à Madagascar. On peut également apprendre l’historique du développement de la plantation de cacaoyer dans les autres régions comme à Sambirano ou à Ambanja », a enchaîné Achille Rajerison, lors d’une conférence organisée dans le cadre de cette 3e édition de l’événement « Madagascar Terre Vivante ».  Il faut savoir que Madagascar était auparavant le premier producteur de cacao en Afrique. Elle est maintenant largement dépassée par la Côte d’Ivoire. Une fois arrivées à Ambila Lemaitso, l’association Jeunes Rameurs de Madagascar et l’association Zaikomena-MADAAIZA accueilleront les visiteurs avec de nombreuses manifestations. On peut citer, entre autres, les animations de plage, les courses de pirogues, le zumba beach et bien d’autres jeux nautiques.

Matières premières endémiques. Par ailleurs, les produits du terroir étaient à l’honneur dans le cadre de cet événement qui a eu lieu la semaine dernière. Il s’agit entre autres, des produits cosmétiques et des remèdes naturels à base de plantes endémiques de Madagascar, sans oublier la permaculture. « Force est de reconnaître que Madagascar regorge de nombreuses matières premières endémiques qui méritent d’être transformées et valorisées tant sur le plan national qu’international. Nous pouvons ainsi soutenir les artisans locaux afin de trouver des débouchés à l’extérieur », d’après toujours Achille Rajerison. En attendant, le directeur général de l’Artisanat qui a honoré de sa présence cette 3e édition de « Madagascar Terre Vivante », a promis aux artisans que le ministère de tutelle pourra les appuyer à se professionnaliser après leur formalisation. La miss Maman 2021, dénommée Ollie Ratsisetraina, qui est une fonctionnaire internationale, a en même temps apporté son soutien pour rehausser l’image des produits agricoles et artisanaux comme le cacao à l’échelle mondiale. « À travers notre concept “ Autoroute du chocolat “, nous ne ménageons pas nos efforts de chercher les produits originaux qui sortent de l’ordinaire mais qui rapportent », a-t-il conclu.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire